BFMTV

Covid-19: les soignants doutent de la possibilité d'atteindre les 5000 cas par jour au 15 décembre

Depuis plusieurs jours, la baisse du nombre de contaminations quotidiennes de Covid-19 ralentit en France. Les conditions pour alléger le confinement apparaissent plus difficiles à remplir.

Dans un peu plus d'une semaine, le 15 décembre, le confinement est censé être une nouvelle fois assoupli en France. Lors de son allocution télévisée, le 24 novembre dernier, Emmanuel Macron avait cependant annoncé deux conditions nécessaires à cet allègement: que le nombre de cas quotidien soit retombé "autour des 5000 par jour" et qu'il y ait "entre 2500 à 3000 personnes en réanimation".

Si, au moment de la prise de parole du chef de l'État, les contaminations quotidiennes connaissaient une certaine baisse, elles stagnent désormais depuis plusieurs jours. Au cours de la semaine écoulée, le nombre de nouveaux tests positifs quotidiens a fluctué entre 4005 et 14.064, la moyenne s'établissant à 10.500 par jour, a comptabilisé l'Agence France-Presse (AFP). Deux fois plus que l'objectif.

"On est un peu inquiets par rapport au nombre total de personnes infectées. L'objectif du nombre de contaminations en dessous de 5000 ça va être très compliqué, voire même impossible", s'est alarmée ce dimanche sur BFMTV l'infectiologue Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine.
Le nombre de nouvelles contaminations stagne depuis la début décembre.
Le nombre de nouvelles contaminations stagne depuis la début décembre. © BFMTV

Un ralentissement difficile à expliquer

Un constat que partage Simon Cauchemez, chef du service des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, qui observe ces derniers jours "un ralentissement de la baisse de l'épidémie, au niveau des hospitalisations et du nombre de nouveaux cas quotidiens".

"S'il se confirme, nous n'aurons pas passé le seuil des 5000 à la mi-décembre", a-t-il prédit auprès du Parisien, ajoutant que les causes de ce ralentissement restent floues. "Cela peut être dû à un relâchement, à un retour trop précoce au travail ou avec ses amis… Il est trop tôt pour le dire."

Si l'objectif des 5000 cas quotidiens semble donc loin d'être atteint, la France se rapproche un peu plus de celui des personnes en réanimation. Le nombre de patients en réanimation a continué à refluer dimanche, à 3210 contre 3220 samedi. "On voit que tous les jours des gens sortent de réanimation et beaucoup y entrent. Nous pensons donc qu'on aura atteint l'objectif", a assuré l'infectiologue Karine Lacombe.

Un allègement repoussé?

Que va faire Emmanuel Macron si l'ensemble des conditions qu'il avait énoncées ne sont remplies le 15 décembre? Un allègement trop rapide du confinement, dans la situation actuelle, inquiète les soignants.

"Si le virus circule beaucoup trop, le traçage de l'ensemble des contaminations ne se fera pas. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. S'il y a un relâchement trop rapide, il n'y a aucune raison qu'il n'y ait pas une réascension", a expliqué dimanche Agnès Ricard-Hibon, directrice du Samu dans le Val-d'Oise, sur BFMTV.

Si les chiffres, au lieu de stagner, connaissent un léger regain, le chef de l'État n'aura d'autre choix "que de reconfiner huit jours de plus", a estimé ce lundi le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé de BFMTV. Ce dernier se veut tout de même "relativement optimiste" concernant la levée du confinement le 15 décembre et le passage de la France sous le régime du couvre-feu.

Clément Boutin Journaliste BFMTV