BFMTV

Couvre-feu: Roselyne Bachelot annonce 115 millions d'euros d'aides pour le spectacle vivant et le cinéma

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot - Capture d'écran BFMTV

La ministre de la Culture s'est exprimée ce jeudi soir après le Premier ministre Jean Castex. Elle a annoncé que de nouvelles mesures avaient été prises afin d'aider les professionels du monde de la culture.

"Nous avons besoin de culture, et peut-être encore plus durant cette crise". La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, s'est exprimée ce jeudi soir lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre Jean Castex. Ce dernier a annoncé qu'à compter de ce vendredi minuit, "54 départements et un territoire d'outre-mer seront soumis à la règle du couvre-feu". Un nouveau coup dur pour les acteurs de la culture, déjà soumis à un protocole sanitaire draconien dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

"Nous avons travaillé ensemble à des mesures de soutien spécifiques pour les salles de cinéma et de spectacles dans toute la France", a assuré Jean Castex, avant que Roselyne Bachelot ne dévoile les mesures en question: les acteurs du spectacle vivant et du cinéma vont recevoir respectivement 85 millions et 30 millions d'euros d'aides supplémentaires pour traverser la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19.

"Je tiens à saluer les efforts qui ont été faits par les professionels de la culture, extrêmement engagés à maintenir le lien avec le public, et qui sont en train de s'adapter et de trouver des solutions dans ce contexte nouveau. L'Etat sera à leurs côtés pour surmonter cette crise", a assuré la ministre, avant d'indiquer que "115 millions d'euros d'aides" seraient débloqués pour le spectacle vivant et le cinéma, "pour ne pas que le secteur culturel s'effondre".

"Il faut que les sorties de films soient maintenues"

"La culture est éligible au fonds de solidarité, aux exhonérations de charges sociales, à l'activité partielle quand celle-ci est nécessaire, ainsi qu'à toutes les mesures d'accompagnement", a-t-elle aussi précisé.

"Les deux séances du soir, de 20 heures et de 22 heures, ne peuvent plus tenir. Or ces deux séances représentent la moitié du chiffre d'affaires des salles. Notre objectif est de faire en sorte que les cinémas ne ferment pas, que le public puisse continuer à aller voir des films. Pour cela, il faut que les sorties de films soient maintenues sur l'ensemble du territoire", a indiqué la ministre.

Invité sur l'antenne de BFMTV, Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français a réagit aux interventions de Jean Castex et Roselyne Bachelot.

"S'entendre dire que la culture, c'est capital, ça nous fait beaucoup chaud au coeur. Les salles de cinéma se battent depuis le 22 juin pour rester ouvertes. Il y a une prise de conscience, on est très contents de ce point de vue là, a-t-il dit.

Théâtres et cinémas doivent s’adapter

Les nouvelles métropoles sous couvre-feu vont devoir s’adapter. Le groupe MK2, qui compte 200 écrans dont 68 à Paris, a prévu la semaine dernière d'ouvrir ses salles dès 8 heures le matin pour permettre au public de venir plus tôt. Au théâtre aussi, l'heure est à la débrouille: spectacles avancés à 19 heures, voire 18h30, ajout de représentations les week-ends et peut-être le matin... Tout est fait pour permettre la pérennité du spectacle vivant, qui se sent plus que jamais menacé.

Plusieurs films étrangers dont le dernier James Bond, Mourir peut attendre, ont retardé une nouvelle fois leur date de sortie, désormais prévue au printemps prochain.

N.B. avec AFP