BFMTV

"Validé": qui est Laetitia Kerfa, la jeune rappeuse héroïne de la saison 2?

Laetitia Kerfa dans "Validé"

Laetitia Kerfa dans "Validé" - Capture d'écran YouTube - Canal + Séries

Comme Hatik dans la saison 1, Laetitia Kerfa - dite Original Laeti - allie rap et comédie dans les épisodes de cette nouvelle salve qui démarre ce lundi.

La sérieValidé va-t-elle propulser un nouveau talent rap sur le devant de la scène? La saison 2 de la série de Franck Gastambide, dévoilée à partir de ce lundi soir sur Canal+, effectue un virage scénaristique et change de personnage principal. Exit Apash, le Rastignac de la musique urbaine de la première saison, et bonjour Laetitia Kerfa, dite Original Laeti, une rappeuse et actrice encore très peu connue, qui a décroché le premier rôle de cette nouvelle salve.

Les premiers épisodes du programme suivaient Apash dans son ascension sur la scène rap parisienne, freinée par ses règlements de compte avec les caïds de sa cité et les magouilles de sa maison de disque. Portée par un succès public et critique, cette saison 1 a lancé la carrière du rappeur Hatik, qui interprétait le premier rôle. Et Original Laeti a toutes les raisons d'espérer la même exposition:

"C’est la première série que je tournais, donc c’était compliqué", confie-t-elle à TV Mag. "J’ai eu plein d’émotions en même temps mais j’étais très déterminée. Je me disais que décrocher un rôle dans Validé était une chance et qu’il fallait que je la saisisse (...) C’était le moment où il fallait que je montre que j’ai du talent, ce que je sais faire et que je sais le faire mieux que les autres."

Dans Validé, elle interprète Sara, une jeune rappeuse qui tente à son tour de se faire une place. Entourée par la même équipe qu'Apash avant elle (Sabrina Ouazani, Saïdou Camara, Brahim Bouhlel), elle essaie de percer tout en faisant face aux démons de son passé.

Entre la musique et la scène

Pas vraiment un rôle de composition, pour celle qui développe ses talents d'actrice et de rappeuse depuis des années. Née en 1994, la Parisienne d'origine algérienne et guadeloupéenne s'est lancée tôt dans la musique: "Un jour, j'ai vu un ami rapper à la bibliothèque et ça m'a donné envie d'essayer", confiait-elle en 2019 au Parisien. Cette année-à, elle montait sur les planches du théâtre de la Commune, à Aubervilliers, pour tenir un rôle de rappeuse dans la pièce Du Sale!, de Marion Siéfert:

"J'ai commencé à chercher partout une rappeuse", déclarait cette dernière au quotidien. "Je suis allée à des concerts, des open mics. J'ai finalement organisé une audition au théâtre, et c'est là que j'ai trouvé Laetitia."

À cette époque, Laetitia Kerfa a déjà quitté le collectif Keskiya, où elle a fait ses armes, pour se lancer en solo. Le Parisien rapportait qu'elle avait officié pour plusieurs festivals locaux et multiplié les concerts dans des petites salles. Selon Interlude, elle a également fait des passages en radio, sur Radio Campus, Scred Radio et Radio LAP, et assuré la première partie de Rocé.

"Comme une évidence"

C'est en multipliant les expériences d'actrice et de rappeuse que Laetitia Kerfa a tapé dans l'œil de Fanck Gastambide, comme il le confie à Télé Cable Sat:

"Un ami dans le milieu du rap m’a emmené dans un petit théâtre au fin fond d’Aubervil­liers dans lequel Laetitia jouait une pièce seule et dans laquelle elle faisait du rap. Dès que je l’ai vue sur scène, ça a été comme une évidence (...) Je suis certain qu’elle va devenir une star."

Après Validé, qui lui permet d'allier ses deux passions, Laetitia Kerfa compte bien continuer à développer ses deux talents, sans choisir: "Je suis les deux: actrice et rappeuse", explique-t-elle à TV Mag. "Je dissocierai le rap de la comédie mais je continuerai à faire les deux même si je ne suis pas la même: il y a Laeti la rappeuse et Laeti l’actrice. Je veux pouvoir aller partout et passer de Validé à un film d’auteur au rap." En attendant, le tournage de Validé lui a permis de rencontrer du beau monde: cette saison 2 reçoit des guest stars de choix, d'Amel Bent à Rohff.

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV