BFMTV

Eurovision 2021: Barbara Pravi, héritière d'Aznavour, Brel et Barbara

Barbara Pravi, candidate française à l'Eurovision 2021, en février.

Barbara Pravi, candidate française à l'Eurovision 2021, en février. - Joël Saget - AFP

La chanteuse de 28 ans, à qui les pronostics prédisent une belle place dans le classement, s'installe sur la scène musicale depuis des années.

La France tient-elle sa revanche sur des décennies d'échec à l'Eurovision? Barbara Pravi, qui représentera l'Hexagone lors de la finale de samedi à Rotterdam, est l'une des grandes favorites des bookmakers. La chanteuse de 28 ans squatte le Top 3 des pronostics depuis des semaines avec Voilà, une chanson en piano-voix qui s'inscrit dans la plus pure tradition de la chanson française.

Peut-être est-ce justement cette teinte tricolore qui charme les parieurs internationaux, servie par une chanteuse dont la chevelure de jais coupée à la garçonne et le vibrato ne peuvent que rappeler Edith Piaf. Une comparaison qui la ravit: "Je serais bien malheureuse d'être énervée de ça", confiait-elle avec humilité en janvier sur BFMTV.

Barbara Pravi a gagné son ticket pour les Pays-Bas au début de l'année lorsqu'elle a remporté le télé-crochet Eurovision France: c'est vous qui décidez sur France 2, face à 11 autres candidats. Si sa participation au concours européen de la chanson lui offre un coup de projecteur inédit, la chanteuse est loin d'en être à son coup d'essai. Auteure de ses propres textes, cette artiste complète fait sa place sur la scène musicale depuis des années.

Héritière d'"Aznavour, Brel, Barbara"

L'interprète de Voilà s'est fait remarquer en 2016 dans la comédie musicale Un été 44, produite par Valéry Zeitoun, ainsi qu'en assurant les premières parties de concerts de Florent Pagny. Depuis, elle a sorti par moins de trois EPs sous le label Capitol, dont le dernier (Les Prières) est sorti en début d'année. Ce début d'œuvre sonne comme un hommage à la chanson française, fait d'orchestrations épurées portées par des textes entonnés d'une voix claire et puissante. Un genre cher à la Parisienne, qu'elle exprime également dans Voilà, comme elle l'expliquait à BFMTV après sa victoire en janvier:

"C'est tout ce que j'écoute, la chanson française classique: Aznavour, Brel, Barbara... ce sont tellement mes références et mes influences que pour moi, c'est une grâce de pouvoir représenter la France avec une chanson comme ça."
"Ces influences dans l'univers de Barbara, Piaf, elle les prend, en fait quelque chose d'extrêmement moderne, on a un talent comme ça tous les dix ans", avait évoqué Alexandra Redde-Amiel, cheffe de la délégation française à l'Eurovision, lors de sa sélection.

"Elle ramasse la flèche laissée par Edith Piaf ou Barbara et l'envoie encore plus loin", s'était extasié André Manoukian, membre du jury de l'émission qui a désigné Barbara Pravi candidate pour la France.

Textes autobiographiques

Dans ses morceaux, qui font la part belle à des textes souvent autobiographiques, Barbara Pravi a plusieurs fois évoqué ses engagements. Notamment dans Notes pour trop tard, une réécriture d'un titre d'Orelsan, qu'elle avait dévoilée en 2018 pour la Journée internationale pour les droits des femmes. Dans ce titre féministe, la chanteuse avait délaissé le chant pour lui préférer le slam et s'adressait à une jeune fille afin de lui dispenser ses conseils face à l'adversité. Dans Chair, un autre morceau slamé sorti en mars dernier, elle parlait sans détour de l'avortement et de la manière dont il reste stigmatisé.

"C'est comme si les épreuves que j'avais connues creusaient des trous, que je savais les refermer et que je savais les rouvrir quand je chante", décrivait la jeune femme de 28 ans dans une entrevue avec l'AFP en début d'année.

Son histoire, elle la racontait aussi dans une autre chanson, Je sers, tableau de l'époque où elle était serveuse mais savait déjà que ses carnets noircis deviendraient des chansons (et bientôt un futur album prévu fin août-début septembre).

Parolière convoitée

Outre ses propres chansons, Barbara Pravi prête sa plume à d'autres artistes: Chimène Badi, Yannick Noah et Julie Zenatti ont tous les trois chanté des morceaux qu'elle leur a écrits.

Ce talent de parolière, justement, elle l'a déjà mis au service de l'Eurovision. Son histoire avec le concours a commencé bien avant sa propre participation: Barbara Pravi a cosigné avec Igit les deux derniers titres de la France à l'Eurovision Junior, Bim Bam Toi de Carla et J'imagine de Valentina. Cette dernière a remporté la dernière édition du concours pour enfants en novembre dernier.

https://twitter.com/b_pierret Benjamin Pierret Journaliste culture et people BFMTV