BFMTV

Comment Jean-Jacques Goldman, absent depuis des années, entretient le lien avec ses fans

Le chanteur, ultra-discret depuis des années, ne disparaît pas pour autant de la sphère publique. Sans doute parce qu'il n'hésite jamais à écrire à ses fans.

Ils gardent espoir. Peggy Dabrowski et Jérôme Lellouche, deux ultra-fans de Jean-Jacques Goldman, espèrent toujours retrouver leur idole sur scène. Depuis le domicile de Jérôme, à Antibes, ils présentent à BFMTV leur collection de vinyles collectors et de souvenirs de concerts, à l'occasion des 70 ans du chanteur ce lundi 11 octobre:

"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir", explique Jérôme. "Au fond de moi je pense qu'il ne remontera pas sur scène, mais il est tellement surprenant qu'on peut très bien imaginer qu'un jour, pour ses 70 ans, ses 75 ans, il fera plaisir à ses fans et offrira un petit moment sur scène. J'y crois toujours."

Le chanteur laisse pourtant peu de place au doute quant au caractère définitif de sa retraite: son dernier album, Chansons pour les pieds, remonte à 2001. Et sa dernière tournée à 2002. Depuis son retrait des Enfoirés en 2016, l'interprète de Tournent les violons observe une discrétion que rien ne semble pouvoir perturber, installé dans la banlieue londonienne avec sa famille.

L'absent présent

Cette absence n'empêche pas les nostalgiques de JJG de partager, en grand nombre, l'optimisme de Jérôme. Il suffit de voir les (presque) 5.000 abonnés de la page Facebook "on veut JJ Goldman en concert!", une association dont Jérôme et Peggy sont respectivement président et secrétaire. Ensemble, ils organisent des soirées où des chanteurs professionnels interprètent les tubes de Goldman: "Nous avons commencé tout petit avec des apéros sur la plage à Antibes, nous étions une vingtaine, une trentaine maximum (...) aujourd'hui, nous avons 100 à 200 personnes à chaque fois pour nos représentations."

Même le silence du chanteur ne parvient pas à le faire tomber dans l'oubli auprès du grand public: près de 20 ans après cette retraite qu'aucun fan n'avait vu venir, Jean-Jacques Goldman occupe toujours la première place du classement des personnalités préférées des français. Chacune de ses rares apparitions, comme sa courte vidéo en septembre 2019 pour parrainer la nouvelle saison de Quotidien, fait l'événement. En raison, sans doute, de tubes qui se sont imposés comme des classiques de la chanson française, de son engagement caritatif auprès des Restos du coeur, de la personnalité affable et accessible dont il ne s'est jamais départi... et aussi, peut-être, de sa capacité à ne pas disparaître tout à fait, en restant proche de son public.

"Il répond à chaque fois"

Comme un ami de longue date qui se serait expatrié, Jean-Jacques Goldman garde le contact avec ses fans. Au milieu de leurs souvenirs, Jérôme et Peggy gardent précieusement les lettres que le chanteur leur a envoyées, en réponse aux courriers de leur association: "On apprécie le fait qu'il réponde à chaque fois, à chacune de nos lettres. Quel que soit le membre, il prend la peine sous quelques semaines de nous répondre et il entretient ce lien avec ses fans de cette manière-là." Même si ces missives ne sont jamais porteuses de la nouvelle qu'ils espèrent tous:

"Je ne sais pas écrire, tourner à moitié, sans le faire à 100%", a-t-il écrit à l'ensemble des membres de l'association, qui lui avaient fait parvenir un recueil de leurs témoignages. "Aujourd'hui, je n'ai plus cette flamme, cette énergie. Sachez que nous avons vécu la même histoire, et ces moments partagés ont été parmi les plus beaux et les plus intenses de ma vie."

Même réponse négative lorsque Jérôme lui a proposé une rencontre, en 2016: "Jérôme, c'est difficile d'écrire à quelqu'un qu'on déçoit. C'est difficile de refuser un rendez-vous parce qu'on est un ours, un silencieux, un timide (...) mais sachez que cette affection me touche."

Retours choisis

Ses très rares apparitions, Jean-Jacques Goldman sait les choisir. En mars 2020, alors que le confinement vient d'entrer en vigueur, il émeut son public en publiant une vidéo dans laquelle il reprend l'un de ses morceaux en adaptant les paroles pour rendre hommage aux soignants. Il changeait la vie devient Ils sauvent des vies:

"C'est des pères et des mères, docteurs, brancardiers, aides-soignantes, infirmières, agents de sécurité, qui ont mille raisons de rester confinés, mais leurs propres raison de ne pas laisser tomber. Ils nous donnent du temps, du talent et du coeur, oubliant la fatigue, la peur, les heures", chantait-il.

Au coeur de la pandémie, le chanteur a écrit directement à plusieurs soignants français pour leur témoigner sa reconnaissance. En mai 2020, il a adressé un mot aux habitants de Saint-Viaud (Loire-Atlantique), lorsqu'ils ont utilisé cette nouvelle version de Il changeait la vie pour un clip dans lequel ils rendaient hommage aux personnes mobilisées face à la pandémie. "Très touché par vos images, par tous ceux et celles qui font tenir le pays debout", leur avait-il écrit. "Merci! Prudence! Amicalement, JJG."

"Merci pour le merci"

À la même période, il a écrit à une auxiliaire de puériculture à la maternité de Besançon. Celle-ci avait réalisé un clip en pâte à modeler avec sa famille, dans lequel elle mettait en scène des soignants, en utilisant Ils sauvent des vies pour la bande-son. "Merci JJG", pouvait-on lire en préambule de la pastille. La réponse de l'artiste ne s'était pas fait attendre:

"Merci pour le merci. En plus, c’est beau, c’est rigolo, c’est touchant…", leur avait-il écrit. "Les périodes de danger, d'inquiétude apportent le pire et le meilleur. Vous avez choisi le meilleur, alors... MERCI!"

"Un petit live virtuel? On s'en contenterait"

Début 2021, L'Est Républicain rapportait une histoire similaire: Céline Dumont, aide-soignante en Haute-Saône, avait écrit une version adaptée de Il changeait la vie en 2018; une demande de sa formation, pour promouvoir le métier. Deux ans, plus tard lorsqu'elle a découvert que le chanteur avait utilisé la même chanson pour rendre hommage aux soignants face au Covid, elle lui avait fait parvenir sa propre adaptation. Le chanteur lui a répondu, en s'amusant de ce concours de circonstances:

"Est-ce une coïncidence Céline? Ou une évidence! Et une bonne compréhension du sens de cette chanson. Merci et bravo pour ce beau texte! Bon courage pour les prochaines semaines... Bonne année malgré tout!". Il avait signé, comme il signe souvent ses lettres à ses fans, "Amicalement, JJG".

Autant de petites attentions qui maintiennent le contact avec public... et l'espoir d'un retour. Peggy Dabrowski, secrétaire de l'association, ébauche même un compromis: "Je me dis qu'avec les nouvelles technologies, il y a beaucoup d'artistes qui se mettent à faire des concerts live à domicile. Peut-être qu'un jour on aura cette chance, on ne sait jamais (...) Peut-être qu'il nous fera le plaisir d'un petit live virtuel? Ce serait bien déjà, on s'en contenterait!", sourit-elle.

Benjamin Pierret et Benoît Ruiz