BFMTV

Jean-Jacques Goldman quitte les Enfoirés

Jean-Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman - Patrick Hertzog - AFP

L'artiste de 65 ans a décidé de se retirer de la troupe fondée en 1986 pour laisser la place aux jeunes.

Jean-Jacques Goldman ne fera plus partie de la troupe des Enfoirés. Co-fondateur et membre le plus assidu de la troupe, l’artiste a décidé de passer la main, comme il l’explique ce vendredi 13 mai sur le site officiel des Enfoirés.

"2016 est une échéance que je vois venir depuis quelques années. Ce sont les 30 ans de la chanson, mais également l'année de mes 65 ans. On prépare la relève depuis quelques éditions aux Enfoirés. Une équipe rajeunie prend de plus en plus les choses en main et de jeunes artistes s'impliquent. 2016, à 65 ans et après 30 ans d'Enfoirés, je crois qu'il est temps de passer la main. Je n'ai plus la créativité, les idées, la modernité que nécessite une telle émission", explique-t-il.

Pour autant, Jean-Jacques Goldman n’exclut pas de revenir un jour: "Je vais arrêter quelques années. J'ai l'intention de voyager. Je reviendrai avec plaisir dans quelques années si l'on m'invite et si je suis encore présentable!".

Un "Enfoiré" emblématique

A 65 ans, l’artiste, qui n'a pas proposé de nouvel album depuis plusieurs années, reste l’un des membres les plus emblématiques de la troupe des Enfoirés. Chaque année, il participait à la création du spectacle, qui permet de récolter des fonds pour l’association caritative les Restos du Cœur, fondée en 1986.

Sur les six derniers sondages Top 50 des personnalités IFOP réalisés avec le Journal du Dimanche (publié deux fois par an), Jean-Jacques Goldman a été élu à chaque fois personnalité préférée des Français.

"C'est quelqu'un qui ne va jamais faire ça comme une espèce de routine", a réagi la chanteuse Catherine Lara, elle-même membre des Enfoirés pendant plusieurs années. "Je pense que c'est par honnêteté morale (...) il ne va jamais aller faire quelque chose s'il n'est pas 100% convaincu de le faire bien".

Début 2015, le chanteur, très consensuel, avait dû faire face à une polémique sur une nouvelle chanson composée par ses soins pour les Enfoirés et taxée d'"anti-jeunes" sur les réseaux sociaux. La ministre de la Culture Fleur Pellerin avait même évoqué "une maladresse".

Le clip montrait un groupe de jeunes faisant face aux Enfoirés et qui leur lançait "vous aviez tout: liberté, plein-emploi. Nous, c'est chômage, violence et sida". Les Enfoirés leur répondaient en choeur: "tout ce qu'on a, il a fallu le gagner, à vous de jouer, mais faudrait vous bouger".

R.I avec AFP