BFMTV

"Il dit ce qu'il veut": Thierry Ardisson défend Yann Moix après ses propos polémiques sur Michael Jackson

Thierry Ardisson dans "Les Terriens du dimanche"

Thierry Ardisson dans "Les Terriens du dimanche" - Capture d'écran C8

L'homme en noir a défendu l'écrivain après sa chronique polémique sur Michael Jackson.

Thierry Ardisson a défendu hier soir sur le plateau des Terriens du samedi Yann Moix une semaine après la chronique où l'écrivain affirme que Michael Jackson ne pouvait pas être un pédophile car il était lui-même un enfant.

"Ce que je tiens à dire, d’abord, c'est que Yann Moix n’est pas un chroniqueur: c’est un écrivain. Ce n’est pas du tout la même chose. Il dit absolument ce qu'il veut", explique Ardisson, avant de s'insurger contre une journaliste qui lui a demandé pourquoi il n'avait pas coupé la séquence: "On s'est battu contre la censure du Général de Gaulle et vous, vous voulez de la censure, c'est inadmissible!"

Selon Yann Moix, cet incident est révélateur d'une société où "les journalistes, viscéralement, haïssent les écrivains": "Heureusement qu'il y a des écrivains aujourd'hui pour dire des choses", complète le réalisateur de Cinéman, touché par le soutien de l'homme en noir.

"L'Impédophile"

L'écrivain cite alors Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson, son livre publié en 2009. Dans un chapitre intitulé "L'Impédophile", il défendait déjà sa thèse sur Michael Jackson, affirmant ainsi:

"La plupart des adultes que je connais feraient de meilleurs pédophiles que Michael Jackson."

En réaction au documentaire Leaving Neverland, qui accuse le "King of Pop" de pédophilie, le polémiste avait assuré la semaine dernière dans l'émission de Thierry Ardisson:

"C'est ne rien comprendre à Michael Jackson, car Michael Jackson était un enfant. Or, un enfant, ça ne couche pas avec les autres enfants. Un enfant, ça ne couche qu'avec les adultes qui forcent les enfants à coucher avec les enfants. [...] Non seulement Michael Jackson n'est pas pédophile, mais - je vais même inventer un mot - c'est un "impédophile" [...] Foutez-lui la paix à Michael Jackson, dans son éternité de Neverland, où le sexe n'existe pas plus que la mort."

Jérôme Lachasse