BFMTV

Ben Affleck était au courant des agissements de Harvey Weinstein, selon Rose McGowan

Ben Affleck et Harvey Weinstein aux Critics Choice Movie Awards à Santa Monica en 2013

Ben Affleck et Harvey Weinstein aux Critics Choice Movie Awards à Santa Monica en 2013 - Christopher Polk - Getty Images North America - AFP

L'acteur américain, tout comme Matt Damon et Russell Crowe, est accusé d'avoir fermé les yeux sur les harcèlements sexuels présumés du magnat du cinéma américain.

Tremblement de terre à Hollywood. Depuis que le New York Times a révélé de nombreuses accusations de harcèlement sexuel à l'encontre de Harvey Weinstein, les témoignages d'actrices américaines affluent et les réactions indignées sont légion. Alors qu'Angelina Jolie et Gwyneth Paltrow ont partagé leurs propres expériences négatives avec le puissant producteur et qu'Hillary Clinton elle-même s'est dite "écoeurée", une autre prise de parole fait polémique: celle de Ben Affleck.

L'acteur de 45 ans a réagi sur Twitter ce mardi, quand de nombreuses personnalités se sont exprimées immédiatement après la révélation des accusations, cinq jours plus tôt. Dans son message, il se dit "attristé et en colère" et s'interroge sur "ce qu'il peut faire pour s'assurer que cela n'arrivera pas à d'autres". Une réaction qui n'a pas convaincu Rose McGowan, l'une des victimes supposées de Weinstein selon l'article du New York Times. Cette dernière a interpellé l'acteur de Justice League sur le réseau social, l'accusant de passivité.

"Va te faire foutre", a-t-elle d'abord adressé à la star. L'actrice de Charmed lui a ensuite envoyé un autre message, plus explicite:

"'NOM DE DIEU! JE LUI AI DIT D'ARRÊTER DE FAIRE ÇA'. Tu m'as dit ça droit dans les yeux. À la conférence de presse à laquelle on m'a forcée à aller après l'agression. Tu mens."

Matt Damon blanchit son nom

Si Ben Affleck n'a pas (encore?) répondu à cette accusation, son confrère Matt Damon a tenu à démentir celles qui pesaient sur lui. Dans un article publié sur The Wrap, l'ancienne journaliste du New York Times Sharon Waxman a raconté comment l'acteur et Russell Crowe l'ont appelée en 2004 pour empêcher (avec succès) la publication d'un premier article sur les agissements de Harvey Weinstein. Les deux stars auraient téléphoné pour défendre Fabrizio Lombardo, directeur de Miramax en Italie, dont la véritable mission aurait été de fournir des femmes à Harvey Weinstein.

"Harvey m'avait appelé et dit (...) 'Sharon Waxman écrit un article sur Fabrizio et il est très négatif. Peux-tu l'appeler et lui faire part de ton expérience avec Fabrizio?'", raconte l'acteur à Deadline. "Je suis sûr de lui avoir dit que je ne savais rien sur le reste de son article (...) et je ne sais toujours rien à ce sujet et sur Fabrizio."

Une version confirmée par Sharon Waxman sur Twitter: "Je suis d'accord avec la déclaration de Matt Damon. Il m'a appelée brièvement et il n'était pas informé (...) de l'investigation que je menais dans le cadre de mon article."

La chute d'un roi du cinéma

À 65 ans, Harvey Weinstein voit sa carrière et sa réputation voler en éclat. Celui qui a cofondé les maisons de production Miramax et The Weinstein company a été licencié de cette dernière dimanche.

Jeudi dernier, l'ancien magnat a publié un message d'excuses sur le New York Times, confirmant à demi-mot les accusations de harcèlement sexuel. Depuis, de nombreuses autres actrices ont accusé le producteur, dont les Françaises Emma de Caunes et Judith Godrèche.

Trois femmes, parmi lesquelles l'actrice italienne Asia Argento, accusent quant à elles le producteur de viol. Des allégations réfutées par l'intéressé, qui s'est exprimé par le biais de sa porte-parole: "Toutes les accusations de relations sexuelles non consenties sont réfutées par M. Weinstein (...) M. Weinstein a également confirmé qu'il n'y avait jamais eu de représailles contre des femmes qui avaient refusé ses avances."

Benjamin Pierret