BFMTV

Booba, cet habitué des clashs

NTM et IAM, Joey Starr et Maître Gims, Booba et La Fouine et maintenant Kaaris, les rappeurs sont habitués des coups de sang, en venant parfois aux mains.

"Le rap game, c'est la compétition entre rappeurs, ça existe depuis toujours", expliquait Booba à l'AFP en 2015. La violence des mots et parfois des gestes, une affaire d'image pour ces artistes "bad boys", qui affirment leur virilité à grand renfort de clips mêlant jeunes femmes dénudées, voitures de sport, armes et liasses de billets.

Dans leurs vidéos comme dans leurs paroles, les rappeurs utilisent ces clashs comme un outil promotionnel, n'hésitant pas à attaquer leurs homologues, plus ou moins violemment, via les médias, réseaux sociaux ou morceaux interposés. Des clashs qui dépassent parfois les "punchlines", ces artistes en venant parfois aux mains.

Dernier exemple en date, la bagarre entre Booba et Kaaris, ce mercredi 1er août à l'aéroport d'Orly. Une violente altercation qui aura engendré la fermeture du hall 1 et le retard de plusieurs vols.

Comme chez les rappeurs américains, la scène française ne déroge pas à cette règle du "rap game" - mais reste généralement moins violente. Des rivalités qui dépassent parfois les écrans ou les chansons et deviennent des embrouilles en plusieurs - parfois nombreux - épisodes.

Précurseurs du rap en France, précurseurs des clashs

Dès le début des années 90, avec l'arrivée en force du rap en France, les premières rivalités apparaissent. En témoigne la brouille entre IAM et NTM, les deux poids lourds de la scène rap de l'époque, qui avait au début de la décennie, défrayé la chronique.

D'un côté, NTM, originaire de Saint-Denis. De l'autre, IAM, collectif qui défend leur ville, Marseille. Une séparation géographique et une hostilité grandissante, qui inaugurera une longue période de clashs dans le rap français. Les deux groupes rivaux en viendront même aux mains, en 1991, lors d'un concert commun à Saint-Denis.

Au fil des années, certains rappeurs ne se sont pas privés d'enchaîner les altercations avec d'autres artistes: Joey Starr en est un exemple. Après avoir clashé IAM avec son groupe, celui qui n'a pas l'habitude de mâcher ses mots s'est attaqué à plusieurs autres rappeurs, comme Maître Gims et Booba.

"Il faut distinguer le rap game, et Booba est là-dedans, et ce truc qui a quelque chose à voir avec la musique qu'on appelle le rap, le hip-hop", expliquait le leader de NTM fin mars à l'AFP.

Booba contre le reste du monde du rap

Il faut dire que Booba n'est pas le dernier à provoquer l'adversaire, dans ses morceaux, dans des interviews ou directement sur les réseaux sociaux. On a donc suivi au fil des années les clashs Booba/Sinik - à grand coup de chansons -, Booba/La Fouine début 2013 - avec qui il en était venu aux mains, à Miami -, Booba/Rohff en 2014 - qui avait valu à un employé de la boutique Unküt, marque de B2O, d'être tabassé par Rohff - et désormais Booba/Kaaris.

Si le rap et les clashs semblent être indissociables, la bagarre générale entre le Duc et le rappeur de Sevran vient d'écrire un nouveau chapitre du "rap game" et restera probablement dans les mémoires. Toutefois, entre coup de com' et vrai clash, la frontière semble difficile à distinguer...

Lucie Valais