BFMTV

Violences dans une boutique de Booba: Rohff condamné à cinq ans de prison

Le rappeur Rohff le 29 septembre 2017 à Paris au côté de son avocate Malika Ibazatene

Le rappeur Rohff le 29 septembre 2017 à Paris au côté de son avocate Malika Ibazatene - Lionel Bonaventure - AFP

Le rappeur a comparu ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour répondre d'une altercation survenue en 2014 dans une boutique Ünkut, la marque de vêtements de Booba.

Rohff a été condamné ce vendredi à cinq ans de prison ferme, sans mandat de dépôt, pour des violences commises en 2014 sur deux vendeurs d'une boutique Ünkut à Paris, la marque de son confrère et rival Booba. La circonstance aggravante de préméditation a été retenue contre le rappeur de 39 ans. Son garde du corps, quant à lui, a été relaxé.

Il s'agit d'une peine plus sévère que les réquisitions du procureur, qui avait demandé quatre ans. L'interprète de Qui est l'exemple, Housni Mkouboi de son vrai nom, a dix jours pour faire appel de cette condamnation. S'il décide de ne pas faire appel, il rencontrera un juge d'application des peines qui fixera les conditions de sa détention. Interrogée par des journalistes à ce sujet, son avocate Me Malika Ibazatene a répondu qu'ils prendront "le délai de réflexion".

De "graves séquelles" pour les victimes

Selon les informations de BFMTV, le tribunal a qualifié les violences d'"extrêmes", rappelant à l'accusé qu'ils étaient "neuf contre deux". Le tribunal cite également les "graves séquelles laissées aux victimes", insistant sur le fait que Rohff a avoué les faits mais n'a pas donné aux enquêteurs le téléphone qui a servi à filmer la scène. Une façon de "limiter les investigations".

Le tribunal a dénoncé des faits "d'une particulière gravité", une "action collective préméditée d'une grande violence, sans autre mobile établi qu'une démonstration de force" dans le cadre d'une "rivalité" entre rappeurs. Rohff a déjà passé deux mois en prison et plusieurs mois sous bracelet électronique dans cette affaire.

Un jeune vendeur abandonné inconscient

Les faits remontent au 21 avril 2014. Ce jour-là, Rohff et plusieurs hommes débarquent dans la boutique Ünkut du quartier des Halles à Paris. Sous l'oeil de caméras de vidéosurveillance, Rohff avait fait signe à un jeune vendeur de le suivre au fond de la boutique puis l'avait roué de coups à l'estomac, au dos, au visage, rejoint dans ce déchaînement de violence par plusieurs acolytes. Ils l'avaient abandonné inconscient au sol, dans un état critique.

Un autre employé, qui voulait porter secours à la victime, avait pour sa part été assommé à l'aide d'une caisse enregistreuse. Au passage, les agresseurs avaient saccagé la boutique. La scène n'avait duré que quelques minutes. Rohff s'était rendu à la police quelques heures plus tard, en pleine nuit, accompagné de son avocat.

B.P. avec AFP