BFM Paris

Régionales: 500 jeunes Franciliens apportent leur soutien à Pécresse dans une tribune

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse, le 2 décembre 2020 à Paris

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse, le 2 décembre 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

"Depuis 2015, sous l'impulsion de Valérie Pécresse, l'Île-de-France change de visage", affirment les signataires.

Cinq cents jeunes Franciliens apportent leur soutien à Valérie Pécresse, présidente de l'Île-de-France, pour les prochaines élections régionales, dans une tribune publiée dans le journal du dimanche.

Derrière trois premiers signataires - Zartoshte Bakhtiari, maire de Neuilly-sur-Marne, Mama Sy, responsable associative et Valentin Vella, responsable des Jeunes d'Île-de-France Rassemblée - tous soutiennent que "depuis 2015, sous l'impulsion de Valérie Pécresse, l'Île-de-France change de visage".

Valérie Pécresse a "permis de relocaliser en Île-de-France des usines de fabrication de masques en quelques semaines à peine, d'en fournir à tous les lycéens". "Elle vient en aide aux étudiants fragilisés en leur offrant 40.000 consultations gratuites de psychologues".

La Région a "pulvérisé la fracture numérique à l'école"

"La Région soutient aussi nos projets d'avenir en se portant garant pour 15.000 nouveaux prêts étudiants", "a distribué 10.000 ordinateurs et mis en place un chèque numérique de 100 euros pour soutenir l'équipement des étudiants boursiers", font-ils également valoir.

"En offrant un ordinateur portable ou une tablette à tous les lycéens d'Ile-de-France et leurs professeurs" et "en déployant le Wifi et le Très Haut Débit dans leurs établissements", la Région a "lancé la transformation numérique des lycées" et "pulvérisé la fracture numérique à l'école pour donner à tous les élèves les mêmes chances de pouvoir suivre les cours, notamment quand ils se tiennent à distance".

Autres arguments: "la gratuité du permis de conduire pour les jeunes en insertion professionnelle", "le i-pass contraception" et les "distributeurs gratuits de protections hygiéniques dans les lycées et bientôt les universités".

F.R. avec AFP