BFM Paris

Plomb à Notre-Dame: le parvis provisoirement fermé "par mesure de précaution", avant un nettoyage

Le parvis de Notre-Dame.

Le parvis de Notre-Dame. - Anne-Christine POUJOULAT / AFP

La dernière campagne de mesures révélant une importante concentration de poussières de plomb, la préfecture a décidé ce mardi d'interdire l'accès à l'édifice le temps qu'une opération de nettoyage soit opérée.

C'est une mesure de "précaution", en attendant un "nettoyage". La préfecture de police de Paris a annoncé ce mardi avoir pris un arrêté pour fermer l'accès au parvis de la cathédrale Notre-Dame. En cause: la concentration en plomb autour de l'édifice, surveillée depuis l'incendie, il y a deux ans.

"Les résultats de la dernière campagne de mesures ont fait apparaître des concentrations de poussières de plomb supérieures au niveau habituel parisien en certains points du parvis", indiquent les autorités dans un communiqué.

La circulation des piétons et des véhicules est désormais interdite "dans le périmètre couvrant l'espace délimité par le parvis de Notre-Dame, place Jean-Paul II, à l'exception d'une bande de 10 mètres de large au droit de la façade de l'Hôtel-Dieu et de la section du trottoir de la rue de la Cité allant du bord de cette bande de 10 mètres jusqu'à l'entrée du Petit-Pont".

L'accès au public rouvrira une fois l'opération de nettoyage menée à bien et la concentration en plomb revenue à un stade normal.

"Des problèmes graves de santé"

Au mois avril, l'association Robin des bois a déposé une nouvelle plainte contre les autorités, qu'elle accuse d'avoir failli dans leur devoir d'information sur les risques liés à la présence de plomb dans l'air. Chez les personnes exposées au nuage de fumée, "ce plomb est masqué, éventuellement stocké dans les os, soulignait Jacky Bonnemains, porte-parole du collectif, sur BFM Paris.

"Il pourrait éventuellement être déstocké si les enfants, adolescents, adultes ont des problèmes d'ostéoporose, de fractures, d'anémie. Le plomb pourrait revenir dans le sang et poser des problèmes graves de santé", assurait-il.

Si les délais souhaités par le président de la République sont tenus, la cathédrale Notre-Dame pourra de nouveau accueillir des offices religieux en 2024. D'ici là, un nouveau parvis "plus sympathique, plus accueillant", aura été aménagé, selon les mots d'Anne Hidalgo. Un appel d'offres a été lancé. Le lauréat sera connu en fin d'année.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions