BFM Paris

Notre-Dame de Paris: le parvis, l'autre chantier de la cathédrale

Si la cathédrale Notre-Dame de Paris doit être reconsruite à l'identique, son parvis et ses abords changeront de visage dans les prochaines années. Un budget de 50 millions d'euros a été alloué.

D'ici 2024, Notre-Dame de Paris devrait avoir retrouvé en partie son visage d'avant l'incendie. Mais tout autour, des changements sont aussi à prévoir. Dans le cadre des travaux de restauration de l'édifice, la mairie de Paris a prévu de réaménager le parvis, qui appartient à la ville.

Il ne faut toutefois pas s'attendre à de grandes innovations ou bouleversements. "D’abord le geste architectural, c’est la cathédrale donc on ne va pas ajouter un nouveau geste, a rappelé Anne Hidalgo ce jeudi sur France 2. C’est la cathédrale qu’il faut magnifier.

"Il faut permettre que ces abords soient plus sympathiques, plus accueillants", a ajouté l'élue alors qu'une consultation citoyenne et un appel d'offres ont été lancés depuis l'année dernière. Le lauréat doit être connu à la fin de l'année, avec un début des travaux prévus en 2024.

Plus d'espaces verts

Lors du lancement de cet appel d'offres, un principe avait été acté: le nouveau visage du parvis ne devra pas obstruer "la visibilité de la façade de la cathédrale". L'un des autres enjeux de ces travaux de rénovation doit être la mise en valeur de la crypte archéologique.

A partir de 2024, les échafaudages et barrières de chantier devraient donc surtout laisser place à des espaces verts plus chaleureux, au grand bonheur des habitants du quartier, qui souhaitent plus de végétalisation et d'espaces pour les piétons.

Du côté des commerçants de l'Île Saint-Louis, on espère la fin des travaux et un retour à la normale le plus rapide possible. Depuis l'incendie de la cathédrale, il y a deux ans jour pour jour, le quartier ne vit plus et leur activité est au plus bas.

Selon eux, la meilleure chose à faire n'est pas d'empêcher les voitures de circuler, mais d'améliorer l'accessibilité. "On est dans une île avec l'impossibilité de créer des parkings souterrains (...) Nous voulons des idées nouvelles, avec des voitures électriques. On veut d'autres choses", explique Paola Pellizzari, présidente de l'association des commerçants de l'Île Saint-Louis.

50 millions d'euros

Pour répondre à toutes ces problématiques et financer le réaménagement, la mairie a prévu un budget de 50 millions d'euros. Mais l'utilisation de cette somme est pointée du doigt par l'opposition, qui parle d'argent détourné.

"La maire de Paris, au lendemain de l'incendie, avait annoncé un don de 50 millions d'euros, rappelle Brigitte Kuster, députée et conseillère LR de Paris. Force est de constater que ça ne sera pas pour la restauration de Notre-Dame mais pour réaménagement du parvis, qui est un espace public et qui, de fait, devrait rentrer dans le cadre du budget général de la ville de Paris".

De son côté, la mairie affirme que cette décision a été prise en accord avec l'Etat.

Dah Magassa, Ariane Limozin, Jean-Baptiste Graziani et Benjamin Rieth