BFM Paris

Paris: un lieu de la capitale portera bientôt le nom de Samuel Paty

Un portrait de Samuel Paty  déployé sur la façade de la mairie de Conflans-sainte-Honorine, le 3 novembre 2020

Un portrait de Samuel Paty déployé sur la façade de la mairie de Conflans-sainte-Honorine, le 3 novembre 2020 - Thomas COEX © 2019 AFP

Les membres du Conseil de Paris qui se réunissent ce mardi et jusqu'à jeudi, ont souhaité rendre hommage à l'enseignant assassiné le 16 octobre dernier à Conflans Sainte-Honorine.

Un lieu parisien portera bientôt le nom de Samuel Paty. Les membres du Conseil, qui se réunissent ce mardi et jusqu'à jeudi, ont souhaité rendre hommage à l'enseignant tué le 16 octobre dernier à Conflans Sainte-Honorine après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. Après une minute de silence, le président du groupe Paris en Commun Rémi Farraud a ainsi soumis un voeu proposant de nommer un lieu parisien au nom de Samuel Paty.

"C'est à notre pays, à ses valeurs, à la liberté d'expression que les terroristes ont voulu s'attaquer. La force de la pensée, des idées, des combats contre l'obscurantisme et toutes les formes d'intégrisme, c'est justement ce qui fait peur aux esprits aveuglés par la haine et l'intolérance", a exprimé Rémi Farraud. Et de marteler: "Mais Paris restera la capitale de la liberté."

"Nous devons rendre hommage à ceux qui, comme Samuel Paty, enseignent à leurs élèves les principes de la liberté d'expression et de la laïcité. C'est en ce sens que le groupe Paris en commun a déposé un voeu pour demander qu'un lieu parisien porte le nom de Samuel Paty.

Polémique sur le délai de dénomination

Si ce projet a été adopté, le groupe des écologistes a cependant provoqué une polémique en évoquant le "règlement" du Conseil de Paris sur les dénominations qui n'aurait pas été respecté.

"Un règlement de 1938 précise qu'il n'est pas autorisé de dénominer un lieu ou une voie au nom de quelqu'un mort depuis moins de cinq ans", explique Fatoumata Koné, conseillère écologiste de Paris, regrettant que cette règle ne soit respectée "à aucun conseil", alors "qu'il permettrait de ne pas réagir à chaud."

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a répondu qu'il s'agissait d'une règle non écrite "que l'on dépasse souvent dans le consensus face à un événement majeur comme celui-là." Accusé par l'opposition de ne pas avoir voté cette délibération au motif du règlement, l'écologiste David Belliard, a dénoncé sur Twitter une "instrumentalisation politicienne" de la droite "à vomir".

"Avec mon groupe, j'ai bien évidemment voté POUR cette proposition", a-t-il encore martelé.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV