BFMTV

Protestation en Iran: Macron répond à Rohani, la visite de Le Drian à Téhéran reportée

Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron. - Eric FEFERBERG / AFP

Emmanuel Macron et Hassan Rohani ont discuté par téléphone ce mardi après que le président iranien a appelé son homologue à agir contre "un groupe terroriste" basé en France et à la manoeuvre d'après lui derrière les manifestations qui agitent actuellement son pays. La visite de Jean-Yves Le Drian à Téhéran a par ailleurs été repoussée.

Ce mardi soir, Emmanuel Macron, qui s'est dit "préoccupé" par le nombre de victimes liés aux manifestations dans un Iran agité depuis six jours par des protestations, a appelé Hassan Rohani, le président de la République islamique, à "la retenue et à l'apaisement" lors d'un entretien téléphonique entre les deux hommes, a indiqué l'Elysée. "Les libertés fondamentales, notamment les libertés d'expression et de manifestation, doivent être respectées", a poursuivi le communiqué. L'Elysée a par ailleurs annoncé que la visite à Téhéran de Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, prévue prochainement était reportée. Initialement, le ministre français devait accomplir ce déplacement à la fin de la semaine. Le président de la République lui-même doit se rendre en Iran dans le courant de l'année 2018. 

La demande de Rohani 

Le président iranien Hassan Rohani avait demandé plus tôt ce mardi à son homologue français de prendre des mesures contre les activités d'un "groupe terroriste" iranien basé en France et impliqué selon lui dans les récentes manifestations en Iran, a rapporté la télévision d'Etat. "Nous critiquons le fait qu'un groupe terroriste ait une base en France et agisse contre le peuple iranien et encourage la violence. Nous attendons du gouvernement français qu'il agisse contre ce groupuscule terroriste", a déclaré le président iranien lors d'une conversation téléphonique, dans une claire allusion aux Moudjahidine du peuple.

Les autorités iraniennes accusent les Moudjahidine du peuple, qualifiés par le pouvoir iranien d'hypocrites, d'alimenter les violences et d'être liés à l'Arabie saoudite, rivale régionale de l'Iran. Le général Rassoul Sanaïrad, l'adjoint politique du chef des puissants Gardiens de la révolution, a affirmé mardi que le groupe Moudjahidine du peuple "avait été chargé par les Al-Saoud (la dynastie qui règne sur l'Arabie saoudite) et certains pays européens de créer de l'insécurité", selon l'agence Tasnim.

R.V. avec AFP