BFMTV

Omicron: le nouveau variant, "hautement transmissible", exige une "action urgente", selon le G7

Dans un centre de vaccination à Paris.

Dans un centre de vaccination à Paris. - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Londres avait convoqué une réunion d'urgence des ministres de la Santé du G7 pour évoquer la situation sanitaire depuis la détection du nouveau variant.

Le nouveau variant Omicron, "hautement transmissible", exige une "action urgente", ont déclaré ce lundi les ministres de la Santé des pays du G7, à l'issue d'une réunion d'urgence convoquée par le gouvernement britannique, en ce moment à la tête de la présidence tournante du G7.

"La communauté internationale est confrontée à la menace d'un nouveau variant hautement transmissible du Covid-19, qui nécessite une action urgente", ont estimé les ministres dans un communiqué commun à l'issue de la réunion.

Les ministres de la Santé de la France, des Etats-Unis, du Canada, d'Allemagne, d'Italie, du Japon et du Royaume-Uni sont rassemblés à Londres ce lundi, afin de "discuter de l'évolution de la situation sur Omicron" avait annoncé le ministre de la Santé britannique dans un communiqué.

"Assurer l'accès au vaccin"

"Les ministres ont salué le travail exemplaire de l'Afrique du Sud, qui a su détecter le variant et alerter les autres", ajoutent-ils à destination du pays d'Afrique australe, qui a identifié ce nouveau variant, avant de regretter les restrictions le visant décidées par d'autres pays.

Les pays du G7 "ont également reconnu la pertinence stratégique d'assurer l'accès aux vaccins" en "préparant" les pays à recevoir des doses, en fournissant une "assistance opérationnelle, en donnant suite à nos engagements en matière de dons, en luttant contre la désinformation sur les vaccins, ainsi qu'en soutenant la recherche et le développement".

Une nouvelle réunion prévue en décembre

Les pays du G7 s'engagent en outre "à continuer de travailler en étroite collaboration avec l'OMS et les partenaires internationaux pour partager l'information et surveiller Omicron". "Les ministres se sont engagés à se réunir à nouveau en décembre", concluent-ils.

Cette déclaration survient alors que le variant Omicron a été détecté dans plusieurs pays et notamment en Europe, avec 14 cas identifiés aux Pays-Bas, et divers cas en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni. En France, 8 cas suspects ont été identifiés et sont en cours de vérification en attendant une possible confirmation de leur contamination à la nouvelle souche.

D'abord identifié en Afrique du Sud, le nouveau variant a poussé plusieurs pays européens, dont la France, et ailleurs dans le monde à fermer leurs frontières à des pays d'Afrique australe dont l'Afrique du Sud, le Botswana, le Zimbabwe, la Namibie, le Lesotho, l'Eswatini, le Mozambique, mais aussi la Zambie, le Malawi ou l'Angola selon les cas.

J.D. avec AFP