BFMTV

Syrie: le vote terminé, Bachar al-Assad assuré d'être réélu président

Bachar al-Assad est assuré de remporter l'élection présidentielle du 3 juin.

Bachar al-Assad est assuré de remporter l'élection présidentielle du 3 juin. - -

L'Otan a d'ores et déjà annoncé que les résultats ne seraient "pas reconnus". Le vote pour élire le prochain président syrien s'est terminé mardi soir et les résultats seront annoncés jeudi. Bachar al-Assad devrait sans surprise remporter le scrutin.

Les Syriens ont voté mardi pour une présidentielle controversée qui doit maintenir au pouvoir Bachar al-Assad dans un pays ravagé par trois ans de guerre.

Cette élection a été qualifiée de "honte" par les Etats-Unis et de "farce" par l'opposition, l'Otan assurant que ses résultats ne seraient "pas reconnus". Plus de 15 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour ce scrutin organisé dans les régions sous contrôle du régime, soit 40% du territoire. Le vote, qui s'est achevé à minuit (21 heures GMT), avait été prolongé de cinq heures "en raison de l'afflux massif des électeurs", selon la télévision officielle.

Le dépouillement des voix a commencé immédiatement et les résultats seront annoncés jeudi, selon une source proche du régime. A Damas, où les rues étaient quasi désertes, l'ambiance était surréaliste: files d'attente devant les bureaux de vote, chants et danses à la gloire de Bachar al-Assad, sur fond d'explosions, de bruit d'obus tombés sur la capitale et d'intenses survols de l'armée de l'air.

Un pays en ruines

Mais parallèlement aux démonstrations partisanes, certains semblaient indécis. "Je ne sais pas si je vais voter. Les gens ne comprennent plus rien, tous les jours, il y a 100 à 200 morts", affirme ainsi Bachir, un épicier de 70 ans.

Souriant et décontracté, Bachar al-Assad a voté aux côtés de son épouse Asma, selon des images diffusées par la télévision d'Etat. Il s'est prêté à un "selfie" avec des jeunes, une photo relayée sur Twitter et Facebook. Ont également voté dans la capitale les deux autres candidats, Hassan al-Nouri et Maher al-Hajjar, considérés comme des faire-valoir à Bachar al-Assad.

La guerre en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 162.000 morts, déraciné quelque neuf millions de personnes et laissé le pays en ruines.

G.C. et A. D. avec AFP