BFMTV

La ministre des Armées annonce que la France a bombardé Daesh jeudi

Florence Parly, ministre des armées.

Florence Parly, ministre des armées. - ANWAR AMRO / AFP

Florence Parly a déclaré ce vendredi sur Twitter que la France avait effectué des frappes la veille sur des caches et des tunnels de l'organisation jihadiste.

Affaiblie, privée d'Abou Bakr al-Baghdadi, tué le week-end dernier et auquel elle vient cependant de trouver un successeur en la personne d'Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, l'organisation jihadiste Daesh est aux abois. Mais si elle peut donner l'impression d'agoniser sur les terres irako-syriennes où elle avait, il y a peu, prétendu édifier un "califat", elle n'est pas morte.

"La position de la France est constante" 

Et, ce vendredi matin sur Twitter, la ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé que la France avait bombardé à nouveau les positions du mouvement salafiste. La femme politique en a profité pour assurer de l'inflexibilité de notre pays dans un conflit soumis à des virages géopolitiques parfois tortueux.

"Le Levant a été le théâtre de nombreux revirements récents. La position de la France, elle, est constante, et sa détermination à lutter contre le terrorisme intacte. Hier, l’aviation française a bombardé plusieurs caches et tunnels de Daesh, à qui nous ne laissons aucun répit", a-t-elle posé. 

Selon les détails fournis par l'état-major français à l'AFP, "une patrouille de Rafale (...) a délivré une frappe contre plusieurs caches de Daesh dans le nord-est irakien" dans le cadre de l'opération "Chammal", volet français de l'opération Inherent Resolve menée par une coalition internationale sous la houlette des Etats-Unis. Cette frappe, "préparée avec nos alliés dans le cadre de l'Opération Inherent Resolve", "a été précédée d'une observation par l'avion (français) de patrouille maritime Atlantique 2 et a été appuyée par un drone Reaper de la coalition", précise l'état-major.

L'objectif était de "détruire plusieurs tunnels utilisés par Daesh comme base arrière pour ses actions, et de dégrader ses capacités logistiques et militaires dans cette région", ajoute-t-on de même source.

Robin Verner