BFMTV
International

Donald Trump annonce la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi

Le leader autoproclamé de Daesh s'est fait exploser avec sa "veste" chargée d'explosifs, a précisé le président des États-Unis, lors d'une déclaration faite depuis la Maison Blanche.

L'information qui a été relayée dans la nuit de samedi à dimanche par plusieurs médias américains vient d'être officialisée. Le chef de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, est mort, a confirmé Donald Trump lors d'une allocution depuis la Maison Blanche ce dimanche peu après 9h (14h, heure française).

"Abou Bakr al-Baghdadi est mort", a déclaré le président américain, ajoutant que le chef de l'organisation terroriste avait été tué "comme un chien." "Il n’est pas mort en héros, il est mort comme un lâche", a-t-il indiqué. 

"Il a passé ses derniers moments dans la peur"

Lors de son allocution, Donald Trump a expliqué qu'al-Baghdadi était mort après s'être fait exploser dans un tunnel creusé pour sa protection lors d'une opération de l'armée américaine dont il était la cible dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

"Il est mort après avoir couru dans un tunnel sans issue, gémissant, pleurant et criant", a affirmé le président républicain. "Son corps a été mutilé par l'explosion. (...) Il a passé ses derniers moments dans la peur, terrifié par les américains", a-t-il précisé.

Le président américain en a également profité pour remercier la Russie, la Turquie, la Syrie, l'Irak et les Kurdes, ajoutant qu'un "grand nombre" de combattants de Daesh avaient été tués au cours de l'opération. Il a également rendu hommage aux forces spéciales américaines qui "ont réalisé une opération compliquée" et qui "ont été incroyables." 

"Capturer ou tuer Baghdadi était la priorité absolue de mon administration", a souligné Donald Trump qui a ensuite révélé les détails de l'opération militaire américaine.

Rumeurs persistantes 

Plus tôt dans la journée, la Maison Blanche avait confirmé que le chef d'Etat américain allait faire une annonce "très importante" dans la journée. Sur Twitter, Donald Trump avait d'ailleurs indiqué que "quelque chose d'énorme (venait) de se passer."

Outre-Atlantique, plusieurs médias avaient déjà affirmé, avant même l'officialisation de la nouvelle, que le président américain avait donné son accord, plus tôt dans la semaine, à un lancement d'une opération contre Daesh, visant en particulier son leader

Hugo Septier