BFMTV

Le chef de la diplomatie belge : "si d'autres Français veulent venir"

Néchin, en Belgique, terre d'accueil de Gérard Depardieu.

Néchin, en Belgique, terre d'accueil de Gérard Depardieu. - -

En pleine polémique Depardieu, le chef de la diplomatie belge affirme dans le Figaro mardi, n'être "pas du tout opposé" à la venue d'autres Français en Belgique.

"Si d'autres Français veulent venir en Belgique, je n'y suis pas du tout opposé." Didier Reynders, ex-ministre des Finances et chef de la diplomatie belge s'exprime dans le Figaro mardi, en pleine polémique sur la demande de nationalité belge de Gérard Depardieu. Et de renchérir : "tous les pays européens devraient accepter que leurs ressortissants décident de s'établir ailleurs".

S'il indique avoir déjà critiqué l'exil fiscal sportif, Didier Reynders se dit "surpris" par le ton utilisé. "Ce que j'ai entendu en France, ce sont des mots que nous n'utiliserions jamais en Belgique, même quand nous sommes vraiment fâchés" analyse-t-il.
>> A LIRE AUSSI : L'affaire Depardieu vue de France et de Belgique

La Belgique transformée en bouc émissaire

Le chef de la diplomatie belge s'exprime aussi sur la volonté de François Hollande de réviser la convention fiscale avec la Belgique, assurant ne pas avoir reçu de demande officielle du gouvernement Ayrault, mais être prêt à "examiner beaucoup de choses (...) à condition que soit respecté le principe supérieur de la libre circulation des personnes, des biens et des services dans l'UE."

Didier Reynders ne s'émeut pas que la "France fasse la publicité du régime fiscal belge" mais s'indigne "qu'on veuille transformer la Belgique en bouc émissaire". Il invite la France à "assumer" ses choix fiscaux.