BFMTV

Attentats de Bruxelles: les avancées de l'enquête

Au lendemain des violents attentats qui ont frappé la capitale belge, trois kamikazes ont pu être identifiés par les autorités. Un homme est toujours activement recherché tandis que l'identification des victimes a débuté.

Bruxelles s'est réveillée meurtrie mercredi matin après les terribles attentats de la veille qui ont frappé l'aéroport international de Zaventem et la station de métro Maelbeek, dans le quartier des institutions européennes. Une minute de silence a été observée à midi dans tous le pays, notamment sur la place de la Bourse à Bruxelles où se recueillent de nombreux Belges et à la Commission européenne où étaient présents, entre autre, Manuel Valls et Anne Hidalgo. Cette journée a également été l'occasion pour les enquêteurs d'avancer dans leurs investigations.

>> Revivez minute par minute la journée de mercredi

Najim Laachraoui est mort

Son rôle reste à déterminer. Najim Laarchraoui, qui se faisait passer aussi pour Soufiane Kayal, a été identifié comme le deuxième kamikaze de l'aéroport avec Ibrahim El Bakraoui et un troisième homme activement recherché et en fuite. Sa participation fait directement le lien entre les attaques de Paris et celles de Bruxelles.

Laachraoui était jusqu'alors considéré comme l'artificier des attentats du 13 Novembre alors que son ADN a été retrouvé sur plusieurs ceintures explosives à Paris. C'est lui encore qui avait reçu le dernier sms du commando du Bataclan. Il avait également été contrôlé, sous sa fausse identité, à la frontière austro-hongroise avec Salah Abdeslam. 

Deux kamikazes identifiés

Au lendemain de la double explosion de l'aéroport de Zaventem et celle qui s'est produite dans le métro bruxellois, les enquêteurs ont mis un nom et un visage sur les responsables de ces attaques. Il s'agit des frères El Bakraoui. Ibrahim, un Belge de 29 ans, s'est fait exploser un peu avant 8 heures dans le hall des départs de l'aéroport international où se trouvait de nombreux voyageurs.

  • Son frère, Khalid, 27 ans, a lui été identifié comme le kamikaze du métro qui a actionné sa charge explosive peu après 9 heures dans un rame qui quittait la station de Maelbeek. En face, une autre rame arrivait au même moment.

Le testament d'Ibrahim El Bakraoui

Ibrahim El Bakraoui, l'un des kamikazes de l'aéroport de Zaventem, a laissé une sorte de testament audio retrouvé sur un ordinateur abandonné dans une poubelle. Dans cet enregistrement, il dit se trouver "dans la précipitation", "ne plus savoir quoi faire" et "ne plus être en sécurité". Aucune allusion à Daesh n'est réalisée. 

La Turquie accuse la Belgique de laxisme

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que l'un des terroristes de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, avait été arrêté sur son territoire avant d'être expulsé en juin 2015. Le chef de l'Etat a expliqué que ses services avaient prévenu la Belgique de l'expulsion du kamikaze, mais aussi de ses liens présumés avec les jihadistes et l'accuse de l'avoir relâché.

Un bilan toujours provisoire

Les attaques de Bruxelles ont fait 31 morts, au moins, et plus de 270 blessés. Ils ont été répartis dans 25 hôpitaux pour être soignés. Pour l'heure, aucun bilan définitif n'a été communiqué et ce en raison des difficultés rencontrées par les enquêteurs pour identifier les victimes. Les médecins parlent de blessures de guerre pour ces personnes meurtries par le souffle des explosions.

  • Au moins dix Français ont été blessés, dont quatre grièvement, a annoncé mercredi Manuel Valls.

Une réunion européenne sur le renseignement

Une réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur et de la Justice des 28 pays de l'Union européenne va se tenir ce jeudi à Bruxelles. L'objectif est d'apporter des réponses communes après les attentats qui ont frappé la capitale belge et d'améliorer la collaboration européenne en matière de renseignements.

J.C.