BFMTV

Attentats de Bruxelles: la difficile identification des victimes

31 personnes, au moins, sont mortes, et près de 300 blessées, dans les attentats de Bruxelles. Le travail des autorités belges s'avèrent particulièrement compliqué pour identifier les victimes à cause des dégâts provoqués par le souffle des explosions.

Adelma Tapia Ruiz était une mère de famille péruvienne de 37 ans, Leopold un étudiant en droit de 20 ans ou Olivier agent de l'administration francophone âgé de 45 ans. Ils sont les premiers visages de l'horreur des attentats de Bruxelles. L'identité des victimes de l'attaque de l'aéroport de Zaventem et du métro bruxellois commencent peu à peu à être connu. Un identification lente qui prendra du temps, explique les enquêteurs, avant la communication d'un bilan définitif.

"Arrachement de tissus"

Mercredi soir, quatre victimes avaient été communiquées. Mais le travail des enquêteurs est rendu particulièrement compliqué par des blessures "de guerre" comme ils décrivent. "Tous les patients avaient des blessures multiples, des fractures multiples, des lésions vasculaires concomitantes, des lésions cérébrales", détaille Jean-Paul Van Vooren, médecin directeur de l'hôpital Érasme.

Et de poursuivre: "Il faut savoir que se rajoute à ce qui sont des polytraumatismes habituels, comme des accidents de la route, l’effet également de l’explosion, du souffle, de l’arrachement de tissus. Les bombes artisanales contenaient également des matériaux de type clou et autre qui ont aussi provoqué des dégâts et des lésions complémentaires."

Les nombreux blessés ont été dispatchés dans 25 hôpitaux différents. Mais pour certains, l'identification est également retardée par leur état de santé. "Une personne a été admise et n'a pas encore été identifiée, concède le Dr Van Vooren. Elle est en soins intensifs et comme elle est évidemment dans le coma, donc inconsciente, on ne peut avoir aucune information."

Nombreuses nationalités

A cette difficulté s'ajoute celle des multiples nationalités des victimes. D'après le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, qui s'exprimait sur la RTBF, "il y a probablement parmi les morts et les blessés plus de 40 nationalités différentes". Le porte-parole de la police fédérale belge Michaël Jonniaux a confirmé: "Il y a beaucoup d'étrangers". Dix Français figurent sur la liste des blessés, dont quatre grièvement.

Au moins 21 Portugais, neuf Espagnols, quatre Roumains et deux Hongrois, font parti des blessés. Londres a de son côté fait état de quatre blessés tandis qu'un cinquième Britannique, David Dixon, était porté disparu. En Italie, le ministre des Affaires étrangères a déclaré "très probable" qu'une Italienne ait été tuée dans l'explosion dans le métro. Côté blessés figurent une dizaine de citoyens américains, selon le département d'Etat, qui a précisé que d'autres manquaient à l'appel.

Justine Chevalier avec AFP