BFMTV

Germanwings: les proches des victimes choqués par un message des parents de Lubitz

Andreas Lubitz souffrait de graves troubles psychologiques.

Andreas Lubitz souffrait de graves troubles psychologiques. - AFP

Les parents d'Andreas Lubitz, le co-pilote responsable du crash du vol de Germanwings, qui a fait 149 morts, ont diffusé une annonce dans un journal. Ils y décrivent leur fils comme "une personne de valeur".

Scandalisés et outrés. Des proches des victimes du crash de l'A320 de la Germanwings ont fait part de leur choc après la publication dans un journal local de l'ouest de l'Allemagne d'un message par les parents d'Andreas Lubitz, le copilote souffrant de graves problèmes psychologiques et responsable du drame survenu le 24 mars 2015. 

Dans ce faire-part, les parents de Lubitz, qui a intentionnellement provoqué le crash de l'avion qui transportait 149 personnes, souhaitent adresser leurs remerciements au maire de leur ville, Montabaur, située en Rhénanie à l'ouest du pays, qui les a aidés à préserver leur intimité. Ils s'adressent également à leur pasteur, leurs voisins et leurs amis.

"Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont aidés pendant cette année où nous avons connu l'horreur et la peur, l'agitation, le mutisme, le désespoir et la douleur mais aussi à supporter notre perte (...)", écrivent les parents du copilote.

"Je n'ai pas de mots"

Les parents d'Andreas Lubitz, qu'ils appellent tendrement "Andy", font aussi part de la perte "d'un être précieux et plein d'amour" dans ce texte accompagné d'une photo de leur fils, souriant. Toutefois, à aucun moment, il n'est mentionné le crash de l'A320 ou un message pour les victimes ou leurs proches

La teneur du message a ainsi profondément choqué plusieurs familles des passagers qui se trouvaient dans l'avion reliant Barcelone à Düsseldorf avant de s'écraser dans les Alpes. "Dans leur faire-part de remerciement de la famille Lubitz, leur fils est décrit comme une personne de valeur", ont réagi les parents d'une victime de 24 ans, interrogés par le journal allemand Bild

"Je peux comprendre le chagrin des parents qui ont perdu leur fils. Mais publier ce faire-part sans mentionner les 149 personnes que cet homme a assassinées, je n'ai pas les mots", a réagi un autre père de victime.

J.C. avec AFP