BFMTV
International
en direct

Ukraine: "impossible" de procéder à l'évacuation de Marioupol ce vendredi

Ukraine: "impossible" de procéder à l'évacuation de Marioupol ce vendredi

Le bâtiment de la Croix-Rouge frappé par le bombardement russe, selon une vue satellite.

Ce vendredi marque le 37e jour de l'offensive russe contre l'Ukraine. L'évacuation de civils prévue à Marioupol n'a pas pu avoir lieu, a annoncé la Croix-Rouge. Une nouvelle tentative aura lieu ce samedi.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

Le point sur la situation à 00h30

Le bilan de la frappe sur un bâtiment gouvernemental à Mykolaïv atteint 31 morts. Les précédentes estimations faisaient état de 24 habitants tués.

Zelensky salue "l'héroïsme" de la présidente du Parlement européen pour sa venue à Kiev. Roberta Metsola, élue présidente du Parlement européen le 18 janvier, est le premier dirigeant d'une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Une colonne de bus avec des habitants de Marioupol est arrivée à Zaporijia. Les bus transportaient des habitants de Marioupol qui avaient réussi à rejoindre la ville de Berdiansk, occupée par les forces russes, où elles avaient été prises en charge par le convoi.

Le bilan de la frappe sur un bâtiment gouvernemental à Mykolaïv atteint 31 morts

Au moins 31 personnes sont mortes dans la frappe russe qui a touché un bâtiment gouvernemental à Mykolaïv mardi selon les services d'urgences locaux relayés par Reuters. Les précédentes estimations faisaient état de 24 habitants tués.

Zelensky salue "l'héroïsme" de la présidente du Parlement européen pour sa venue à Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit sa "reconnaissance" à Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, d'être venue "héroïquement" et "personnellement" à Kiev, en l'accueillant dans la capitale ukrainienne où il est retranché depuis la fin février.

Roberta Metsola, élue présidente du Parlement européen le 18 janvier, est le premier dirigeant d'une institution européenne à se rendre dans la capitale ukrainienne depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

"Je veux vous remercier personnellement Roberta, vous et votre équipe, dans un moment aussi important pour notre pays (...) aujourd'hui quand les Ukrainiens croient en les actes et les mesures concrètes, de faire preuve d'héroïsme, car c'est aujourd'hui de l'héroïsme de venir en Ukraine", a déclaré Volodymyr Zelensky, toujours en T-shirt kaki en accueillant la délégation européenne, selon une video mise en ligne par la présidence ukrainienne.

Une colonne de bus avec des habitants de Marioupol est arrivée à Zaporijia

Une colonne de bus transportant des personnes déplacées dont des habitants de la ville portuaire assiégée de Marioupol est arrivée vendredi soir à Zaparojie, ville ukrainienne contrôlée par l'armée de Kiev.

Les bus transportaient des habitants de Marioupol qui avaient réussi à rejoindre la ville de Berdiansk, occupée par les forces russes, où elles avaient été prises en charge par le convoi, selon les témoignages d'arrivants à nos confrères de l'AFP et des responsables officiels.

Le point sur la situation à 21 heures

 • La Croix-Rouge a annoncé que l'équipe envoyée à Marioupol en Ukraine avait dû rebrousser chemin, l'évacuation prévue de milliers de civils de cette ville assiégée par les forces russes étant "impossible" ce vendredi. Une nouvelle tentative aura lieu samedi.

 • Emmanuel Macron a confié son "admiration" pour le maire de Melitopol, après l'avoir reçu à l'Elysée ce vendredi. "On ne peut imaginer ce que le maire de Melitopol a vécu. (...) Son histoire nous bouleverse", a-t-il déclaré dans un message publié en français et en ukrainien sur Twitter.

 • Au moins 53 sites culturels, 29 sites religieux, 16 bâtiments historiques, quatre musées et quatre monuments, ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février dernier, a rapporté ce vendredi l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

 • L'Ukraine a annoncé ce vendredi avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires contre des Russes, sans préciser le nombre de ces derniers. Un échange similaire avait eu lieu la semaine passée.

Un haut responsable onusien dimanche à Moscou pour obtenir un "cessez-le-feu humanitaire" en Ukraine

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, sera dimanche à Moscou afin d'essayer d'avoir un "cessez-le-feu humanitaire" en Ukraine, a annoncé ce vendredi le chef des Nations unies, Antonio Guterres.

"Il sera à Moscou dimanche et après il ira à Kiev", a déclaré à quelques journalistes le secrétaire général de l'ONU, en rappelant qu'il lui avait donné récemment pour mission de "rechercher un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine".

"Cela veut dire qu'on ne renonce pas à la perspective d'arrêter les combats" que ce soit "au Yémen, en Ukraine, partout dans le monde", a ajouté Antonio Guterres.

Emmanuel Macron confie son "admiration" pour le maire de Melitopol, reçu à l'Elysée

Le chef de l'Etat a salué le courage du maire de Melitopol, reçu ce vendredi à l'Elysée, faisant part de son "admiration" et de "soutient" pour l'élu ukrainien.

"Enlevé par l'armée russe, on ne peut imaginer ce que le maire de Melitopol a vécu. Libre, il témoigne. Son histoire nous bouleverse", a-t-il déclaré dans un message publié en français et en ukrainien sur Twitter.

Un conflit "extrêmement violent": un combattant volontaire raconte la situation en Ukraine

Wali, ex sniper canadien, aujourd'hui combattant volontaire en Ukraine, raconte la situation qu'il vit sur place, marqués par des combats "extrêmement violents", sur BFMTV.

"La première patrouille de combat qu'on a fait, on était face à un plus grand nombre de Russes et on avait un char d'assaut devant nous et le premier obus a atterri à quelques mètres de moi", raconte-t-il.

Le changement de décor a été brutal pour l'ancien sniper reconverti comme programmeur informatique dans les crypto-monnaies.

"Il y a deux mois, je faisais du code et maintenant je tire à la carabine. Mais on peut dire que c'est comme faire du vélo, ça revient rapidement", sourit celui qui avait fait l'objet d'une rumeur sur les réseaux sociaux annonçant sa mort.

"Impossible" de procéder à l'évacuation de Marioupol ce vendredi

La Croix-Rouge a annoncé que l'équipe envoyée à Marioupol en Ukraine avait dû rebrousser chemin, l'évacuation prévue de milliers de civils de cette ville assiégée par les forces russes étant "impossible".

"L'équipe du CICR, qui comprend trois véhicules et neuf personnes, n'a pas atteint Marioupol et n'a pas pu faciliter le passage en toute sécurité des civils aujourd'hui", a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué, ajoutant qu'une nouvelle tentative aurait lieu samedi.

>> Notre article à retrouver ici.

La ministre du Travail annonce 600 entreprises mobilisées avec 7000 propositions d'emploi pour les réfugiés ukrainiens

Plus de 600 entreprises se sont manifestées sur la plateforme gouvernementale dédiée à l'accueil des déplacés ukrainiens avec "7000 propositions d'emploi", a indiqué ce vendredi la ministre du Travail, Elisabeth Borne, à l'issue d'une réunion sur l'insertion professionnelle des réfugiés avec la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa.

Les entreprises qui se sont manifestées sont à environ 85% des TPE/PME, réparties sur tout le territoire, avec une grande variété de secteurs, notamment celui en tension de l'hébergement-restauration, indique le ministère.

Joe Biden assure que plus de 30 pays vont également puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole

Le président américain Joe Biden a assuré ce vendredi que "plus de 30 pays" allaient suivre les Etats-Unis et puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les cours.

"Ce matin, plus de 30 pays se sont retrouvés pour une réunion extraordinaire et ont décidé de mettre des dizaines de millions de barils de pétrole supplémentaires sur le marché", a déclaré Joe Biden faisant référence à une initiative de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

>> Toutes les infos sont à lire dans notre article.

Bombardement du théâtre de Marioupol: "au moins 400 personnes" ont été tuées

Le bilan grimpe. "Au moins 400 personnes" ont été tuées dans le bombardement du théâtre de Marioupol par l'aviation russe, survenu le 16 mars dernier, a affirmé un député ukrainien ce vendredi sur BFMTV. Le dernier bilan faisait état de plus de 300 morts.

"Cela fait quelques jours que la mairie de Marioupol a émis ces informations", a indiqué Dmytro Gourin, député ukrainien de Kiev, originaire de Marioupol, précisant que les décombres du théâtre n'ont pas été encore "complètement nettoyés" et que le bilan pourrait donc encore s'alourdir.

36.000 personnes fuyant l'Ukraine désormais accueillies en France

Cinq semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, 36.000 déplacés fuyant la guerre ont été recensés en France, a annoncé ce vendredi Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté.

"Nous avons aujourd'hui accueilli en France environ 36.000 personnes venues d'Ukraine. Ces personnes sont très majoritairement de nationalité ukrainienne, mais il y a aussi des personnes qui sont d'autres nationalités", a indiqué la ministre en charge de l'accueil et de l'intégration des réfugiés, au cours d'une audition à Paris par plusieurs associations d'aide aux exilés, lors de laquelle elle représentait le candidat Emmanuel Macron.

53 sites culturels ukrainiens endommagés par l'invasion russe, selon l'UNESCO

Au moins 53 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février dernier, a rapporté ce vendredi l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Parmi ces sites figurent 29 sites religieux, 16 bâtiments historiques, quatre musées et quatre monuments, dont l'Unesco a pu vérifier les dégâts par de l'imagerie satellitaire et des acteurs sur place, a expliqué un porte-parole de l'Unesco, selon lequel cette liste "n'est pas exhaustive".

L'Ukraine dit avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires avec la Russie

L'Ukraine a annoncé ce vendredi avoir procédé à un échange de 86 de ses militaires contre des Russes, sans préciser le nombre de ces derniers.

"Un échange vient d'avoir lieu, 86 militaires ukrainiens dont 15 femmes sont déjà en sécurité", a indiqué sur Telegram le chef adjoint de l'administration présidentielle ukrainienne Kyrylo Tymochenko.

Des habitants de Marioupol mangent leurs animaux de compagnie pour survivre, selon le maire-adjoint

La ville Marioupol en alerte. Le maire-adjoint Sergueï Orlov a lancé un appel à l'aide ce vendredi sur BFMTV, décrivant une situation dramatique dans la ville assiégée par les Russes et où les habitants en seraient réduits parfois à manger leurs animaux de compagnie.

"Les gens ont pu survivre grâce aux stocks privés" essentiellement, indique-t-il, avant de préciser que "parfois on commence déjà à cuisiner les animaux de compagnie car il n'y a plus rien à manger".

"Tous les restes de nourriture qui existaient ont été soit détruits pendant les bombardements, soit pillés, même par nos hbaitants qui cherchaient tout simplement à se nourir", explique-t-il.

Le point sur la situation en Ukraine à 17 heures

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit en Ukraine ont repris ce vendredi, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski. "Nos positions sur la Crimée et le Donbass n'ont pas changé", a-t-il indiqué sur sa chaîne Telegram.

Emmanuel Macron a une nouvelle fois échangé par téléphone ce vendredi avec Volodymyr Zelensky sur les évacuations sanitaires. Le président ukrainien a demandé à la France de poursuivre ses efforts diplomatiques afin que les couloirs humanitaires puissent être mis en place dans les conditions nécessaires à une évacuation.

Il n'est pas certain que l'évacuation prévue de civils de la ville assiégée de Marioupol, en Ukraine, puisse avoir lieu ce vendredi, a déclaré Ewan Watson, un porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Genève ce vendredi. Des véhicules étaient cependant en route ce vendredi après-midi.

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités ukrainiennes à enquêter sur de potentiels "crimes de guerre" envers les prisonniers russes, après la diffusion d'images semblant montrer des soldats ukrainiens leur tirant dans les jambes.

Soldats russes dans la centrale Tchernobyl: Kiev dénonce l'"irresponsabilité" de Moscou

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a dénoncé ce vendredi l'"irresponsabilité" de Moscou dans une déclaration devant la presse à Varsovie.

"La Russie a fait preuve d'irresponsabilité sur tous les plans, du refus de laisser le personnel de la centrale remplir pleinement ses fonctions, au creusement de tranchées dans la zone contaminée", a-t-il dit.

"Le gouvernement russe (...) devra répondre aux mères, aux soeurs et aux femmes de ses soldats, leur expliquer pourquoi il les a forcés à s'exposer à ces risques", a poursuivi le ministre.

La centrale Tchernobyl intacte, mais les Russes se sont exposés à des radiations potentiellement "considérables"

La centrale nucléaire de Tchernobyl n'a pas subi de dommages durant son occupation de quatre semaines par les soldats russes, mais ceux-ci se sont exposés aux radiations notamment en creusant des tranchées en zone contaminée, ont indiqué les autorités ukrainiennes ce vendredi.

Les soldats russes se sont exposés, dans cette zone interdite lourdement contaminée par la catastrophe de 1986, à des doses probablement importantes de radiations, constatent les Ukrainiens.

"Il est tout à fait possible qu'ils aient subi des contaminations aux radiations considérables", selon Energoatom.

Zelensky demande à la France de poursuivre ses efforts diplomatiques pour une trêve humanitaire dans les conditions nécessaires

Emmanuel Macron a une nouvelle fois échangé ce vendredi avec Volodymyr Zelensky sur les évacuations sanitaires, le président ukrainien demandant à la France de poursuivre ses efforts diplomatiques afin que les couloirs humanitaires puissent être mis en place dans les conditions nécessaires à une opération humanitaire par les organisations internationales compétentes, a appris BFMTV de source élyséenne.

Volodymyr Zelensky a notamment demandé qu'une trêve humanitaire suffisamment longue et annoncée suffisamment à l’avance soit mise en place.

Le président de la République française a de son côté réaffirmé sa volonté d'œuvrer à un cessez-le-feu pour évacuer les civils de Marioupol, mais également à la réinstallation des civils déplacés au sein de l'Ukraine.

>> Tous les détails sur leur appel sont à lire ici.

L'UE prévient Pékin qu'un soutien à Moscou "ternira gravement sa réputation en Europe"

L'UE a appelé ce vendredi Pékin à "ne pas interférer" dans les sanctions occidentales visant la Russie, avertissant que tout soutien à Moscou "ternira gravement la réputation" de la Chine en Europe, a indiqué la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"Les entreprises regardent comment les pays se positionnent (...) Aucun citoyen européen ne comprendrait que (la Chine) soutienne la capacité de la Russie à poursuivre sa guerre" en Ukraine, a-t-elle indiqué, au côté du président du Conseil européen Charles Michel, à l'issue d'un sommet en visioconférence avec le président chinois Xi Jinping.

Des véhicules de la Croix-Rouge finalement en route pour Marioupol

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) indique ce vendredi sur Twitter être finalement en route pour la ville de Marioupol afin d'évacuer des civils de la ville ukrainienne assiégée, alors que le CICR disait n'être pas certaine que l'évacuation soit possible ce vendredi.

"Nous sommes en route de Zaporizhzhia à Marioupol afin d'assurer un passage sûr aux civils qui veulent fuir la ville", indique Lucile, une membre du CICR dans une vidéo.

Le nouvel entretien téléphonique entre Macron et Zelensky achevé

Emmanuel Macron a échangé encore une fois ce vendredi par téléphone avec son homologue ukrainien sur l'invasion russe, comme attendu.

Volodymyr Zelensky confirme cet entretien sur Twitter, saluant les "discussions continues" avec le président français et appelant à ce que "l'initiative française des corridors humanitaires depuis Marioupol soit mise en oeuvre".

Un officier de réserve de l'armée allemande inculpé pour espionnage au profit de la Russie

Un officier de réserve de l'armée allemande a été inculpé pour espionnage entre 2014 et 2020 au profit de la Russie, a annoncé ce vendredi le parquet fédéral.

Le suspect est accusé d'avoir fourni aux services de renseignement russes des informations sur les réservistes de la Bundeswehr, la "défense civile" ou encore sur les conséquences de sanctions économiques imposées à Moscou à partir de 2014 ainsi que le chantier du gazoduc controversé Nord Stream 2, reliant la Russie et l'Allemagne et suspendu en février, précise le parquet fédéral dans un communiqué.

"Des personnes meurent de faim": le maire-adjoint de Marioupol raconte le quotidien des habitants dans la ville assiégée

Sergueï Orlov, maire-adjoint de Marioupol, raconte ce vendredi sur BFMTV le quotidien des habitants de la ville assiégée et visée par des frappes russes fréquentes, évoquant des personnes qui "meurent de faim ou de manque d'eau".

"Beaucoup de personnes meurent de faim ou de manque d'eau. Il y a beaucoup de personnes qui ont péri à cause des bombardements parce qu'ils ont été blessés", déplore-t-il.

"Les habitants vivent comme des souris sous la terre, dans les abris, dans les caves pour survivre", explique-t-il.

"La Russie bloque l'évacuation des habitants de Marioupol": le maire-adjoint explique que seuls les habitants situés aux alentours peuvent être exfiltrés

Sergueï Orlov, maire-adjoint de Marioupol, a expliqué ce vendredi sur BFMTV que l'évacuation actuelle des habitants de Marioupol concerne uniquement des personnes situées dans la ville voisine de Berdiansk ou des villages proches, la Russie "bloqu(ant)" l'accès à la ville.

"Dès le début du processus d'évacuation, nous n'avons pas pu entrer à Marioupol, la Russie bloque complètement les convois humanitaires, ainsi que l'évacuation des habitants de Marioupol", a indiqué le maire-adjoint.

"L'évacuation dont on parle aujourd'hui (...), c'est l'évacuation des habitants de Marioupol qui se trouvent à Berdiansk et dans des villages autour de Marioupol", a-t-il expliqué.

Inflation record des tarifs de l'énergie et de l'alimentation dans la zone euro

L'inflation dans la zone euro a pulvérisé un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an, alimentée par la guerre en Ukraine qui fait flamber les tarifs de l'énergie, mais aussi ceux de l'alimentation.

En février, la hausse des prix avait atteint 5,9% pour les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, ce qui représentait déjà le niveau le plus élevé enregistré par l'office européen des statistiques (Eurostat) depuis le début de cet indicateur, en janvier 1997.

>> Retrouvez notre article sur la hausse des prix dans l'alimentation et pourquoi ce n'est que le début.

Le Kremlin veut "expliquer" le conflit en Ukraine à Gérard Depardieu

Le Kremlin a proposé ce vendredi d'"expliquer" le conflit en Ukraine à Gérard Depardieu, estimant que le célèbre acteur français ne "comprenait" pas la situation après sa sortie la veille sur les "folles dérives" de Vladimir Poutine.

Jeudi, Gérard Depardieu, détenteur d'un passeport russe et d'habitude élogieux à l'égard du chef de l'Etat russe, a critiqué l'offensive en Ukraine, estimant que "le peuple russe n'est pas responsable des folles dérives inacceptables de (ses) dirigeants comme Vladimir Poutine".

"Je pense que Depardieu ne comprend sans doute pas tout ce qui se passe, car il n'est pas totalement plongé dans l'actualité politique", a persiflé ce vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Nous allons poursuivre l'effort à vos côtés": Emmanuel Macron s'exprime face au maire de Melitopol

Emmanuel Macron reçoit ce midi à l'Élysée Ivan Fedorov, le maire de la ville ukrainienne de Melitopol qui avait été kidnappé par les Russes au début du mois de mars, avant d'être relâché cinq jours plus tard.

"Monsieur le maire, on est heureux de vous voir ici. Je n'ose imaginer ce que vous avez vécu. Nous avons été bouleversé quand vous avez été enlevé", a ainsi déclaré le président de la République.

Avant d'indiquer: "vous reçevoir, c'était vous dire que nous allons poursuivre l'effort à vos côtés".

Les pourparlers russo-ukrainiens ont repris par visioconférence

Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit en Ukraine ont repris vendredi, selon le négociateur du Kremlin Vladimir Medinski.

"Nous continuons les négociations par visioconférence. Nos positions sur la Crimée et le Donbass n'ont pas changé", a-t-il indiqué sur sa chaîne Telegram.

Il fait référence à deux régions ukrainiennes, l'une que la Russie a annexée en 2014 et l'autre qui est partiellement sous contrôle de séparatistes prorusses.

Les images du maire de Melitopol reçu à l'Élysée par Emmanuel Macron

Ce midi, Emmanuel Macron a reçu à l'Élysée Ivan Fedorov, maire de la ville ukrainienne de Melitopol, kidnappé par les forces russes début mars avant d'être relâché cinq jours plus tard.

Le maire de Melitopol à l'Élysée le 1er avril 2022.
Le maire de Melitopol à l'Élysée le 1er avril 2022. © Capture d'écran BFMTV

Il a été reçu à l'Élysée avec une délégation ukrainienne. Sur les photos, on peut le voir aux côtés de l'ambassadeur d'Ukraine à Paris, Vadym Omeltchenko.

Ivan Fedorov à l'Élysée aux côtés de l'ambassadeur d'Ukraine à Paris.
Ivan Fedorov à l'Élysée aux côtés de l'ambassadeur d'Ukraine à Paris. © Capture d'écran BFMTV

La France immobilise deux hélicoptères d'un oligarque russe

Le magazine Forbes a révélé que les autorités françaises ont immobilisé deux hélicoptères appartenant à l'oligarque russe Alisher Ousmanov. L'opération a eu lieu la semaine dernière, sur la Côte d'Azur.

Le premier est un Airbus EC-175 cloué au sol par les policiers le 22 mars dernier au Castellet et le second est un Eurocopter EC-155 immobilisé le 25 mars à Monaco.

Les deux engins avaient tout deux été radiés le 3 mars et ne pouvaient plus voler. Ils valent au total 26 millions de dollars.

L'oligarque Alisher Ousmanov possède l'un des plus grandes fortunes de Russie. Elle est estimée à 13,5 milliards de dollars.

>> Lire notre article complet

La conscription militaire a repris en Russie

En plein conflit en Ukraine, la Russie a repris ce vendredi la mobilisation de jeunes hommes pour le service militaire obligatoire d'un an. Moscou a néanmois affirmé que les conscrits ne seront pas envoyés au front.

Pour cet appel du printemps 2022, le président Vladimir Poutine a fixé pour objectif d'envoyer 134.500 jeunes au service militaire, selon un décret publié par le Kremlin. Les premières affections dans des unités doivent intervenir fin mai.

Le 9 mars, le ministère de la Défense a reconnu que des conscrits combattaient en Ukraine et que certains avaient été faits prisonniers. Mais l'armée russe a assuré que ceux-ci avaient été envoyés sur le front par erreur et depuis rapatriés.

Le Kremlin affirme que, selon les instructions de Vladimir Poutine, seuls des soldats et officiers professionnels, ayant signé un contrat, combattent actuellement en Ukraine.

Selon Moscou, l'attaque menée par l'armée ukrainienne sur un dépôt de pétrole russe va peser sur les pourparlers

Le Kremlin a estimé vendredi que l'attaque menée, selon Moscou, par des hélicoptères ukrainiens en territoire russe contre un dépôt de carburant allait peser sur les pourparlers russo-ukrainiens pour mettre fin à l'offensive en Ukraine.

"Il est clair qu'on ne peut pas considérer cela comme quelque chose qui va créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations", a estimé Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, après la destruction à l'aube d'un dépôt dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine.

Le bilan de la frappe russe sur un bâtiment gouvernemental à Mykolaïv passe à 24 morts

S'appuyant sur les données du ministère ukrainien de l'Intérieur, le compte Twitter du Parlement ukrainien a indiqué ce vendredi que le bilan de la frappe russe sur un bâtiment gouvernemental à Mykolaïv était passé à 24 morts.

"Au matin du 1er avril, à la suite de l'impact de roquette ennemie sur le bâtiment de l'administration régionale de Mykolaïv ayant entraîné sa destruction, 24 personnes sont mortes. Les sauveteurs ont sorti 23 corps des décombres et une personne est morte à l'hôpital", a fait savoir le Parlement.

Les forces russes commencent à quitter la région de Tchernihiv

Dans une vidéo diffusée vendredi, le gouverneur de la région de Tchernihiv Viatcheslav Chaus a indiqué que les forces russes commençaient - partiellement - à se retirer de la région.

"Des tirs aériens et terrestres sont encore possibles dans la région, personne ne l'exclut", a-t-il cependant mis en garde, ajoutant que les forces ukrainiennes commençaient à prendre le contrôle de zones auparavant sous contrôle russe.

Sur Facebook, il a partagé ce qu'il a présenté être comme une chapka appartenant à un soldat russe, accompagnée de la légende "Прувет", "bonjour" en russe.

Human Rights Watch appelle les autorités ukrainiennes à enquêter sur de possibles crimes de guerre commis par leurs soldats sur des prisonniers russes

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités ukrainiennes à enquêter sur de potentiels "crimes de guerre" envers les prisonniers russes, après la diffusion d'images semblant montrer des soldats ukrainiens leur tirant dans les jambes.

Sur une vidéo diffusée le 27 mars, on peut voir trois hommes en treillis, les mains attachées dans le dos, jetés à terre depuis un fourgon par d'autres hommes armés, qui leur tirent dans les jambes.

Si l'authenticité des images n'a pas pu être établie de manière indépendante, l'AFP a géolocalisé la vidéo comme étant tournée dans le village de Mala Rogan, dans la région de Kharkiv (nord-est), repris en début de semaine par les forces ukrainiennes après une offensive.

"Si confirmé, passer à tabac et tirer dans les jambes de combattants capturés constituerait un crime de guerre", a indiqué HRW dans un communiqué publié jeudi soir.

Un conseiller de la présidence ukrainienne, Oleksiï Arestovitch avait reconnu sur Telegram que les abus sur les prisonniers constitue un "crime de guerre" et que de tels faits doivent être "punis".

La Croix-Rouge n'est pas certaine que l'évacuation de Marioupol puisse avoir lieu ce vendredi

Il n'est pas certain que l'évacuation prévue de civils de la ville assiégée de Marioupol, en Ukraine, puisse avoir lieu ce vendredi, a déclaré Ewan Watson, un porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Genève ce vendredi.

"Il y a beaucoup de parties mouvantes et tous les détails ne sont pas réglés pour être sûr que cela se passe en toute sécurité (...) Il n'est pas clair encore si cela va se faire aujourd'hui", a ajouté le porte-parole du CICR lors d'un brieifing régulier de l'ONU.

Un adjoint au maire de Marioupol a indiqué vendredi qu'il était "très dangereux" de quitter la ville par ses propres moyens. L'aide humanitaire n'a pas pu être acheminée dans cette ville où les habitants manquent de tout.

Le patron du nucléaire ukrainien indique que des "traces inhabituelles de radiation" ont été observées à Tchernobyl

Petro Kotin, président de l'entreprise d'énergie nucléaire ukrainienne Energoatom, a indiqué ce vendredi sur BFMTV que des "traces inhabituelles de radiation" avaient été observées autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, après le retrait des forces russes du site qu'ils occupaient depuis le 24 février.

"Cela peut signifier qu'ils ont pénétré dans une zone hautement irradiée. C'est donc peut-être pour cette raison qu'ils ont quitté la station, réalisant qu'ils avaient été irradiés de façon importante", a expliqué Petro Kotin.

Le patron d'Energoatom a confimé que des militaires avaient potentiellement pénétré dans la "forêt rousse", la zone la plus irradiée autour de l'ancienne centrale, et y avaient construit des "fortifications".

"Cette forêt est le territoire le plus irradié. Il y a 35 ans, c'est là où les morceaux de combustible sont tombés pendant les explosions. C'est dans ce même endroit qu'ont été enfuis des déchets nucléaires, hautement radioactifs. (...) Nous savons que certaines personnes ont développé des symptômes liés à la radiation, mais nous ne pouvons pas le confirmer à 100%. Ils construisaient des fortifications dans cette forêt, dans les endroits où les niveaux de radiation étaient très élevés", a ajouté Petro Kotin.

Avec le départ russe, "tous les équipements" doivent désormais être analysés. Une équipe de déminage a été dépêchée sur place.

Zelensky avertit que les Russes se repositionnent pour attaquer à l'est

Dans une adresse vidéo diffusée dans la nuit de jeudi à vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que l'armée russe se repositionnait dans l'est du pays en prévision "d'attaques puissantes".

Le port assiégé de Marioupol serait notamment dans le viseur de Moscou.

"Nous savons qu'ils s'éloignent des régions où nous les battons pour se concentrer sur d'autres qui sont très importantes... où cela peut être difficile pour nous", a ajouté le président ukrainien. En particulier, la situation dans l'est du pays est "très difficile".

En ajoutant: "dans le Donbass et à Marioupol, dans la direction de Kharkiv, l'armée russe se renforce en prévision d'attaques puissantes".

Emmanuel Macron va recevoir en fin de matinée Ivan Fedorov, le maire de Melitopol qui avait été capturé par les Russes

Emmanuel Macron va recevoir ce vendredi en fin de matinée Ivan Fedorov, le maire de la ville ukrainienne de Melitopol, a indiqué à BFMTV le palais de l'Élysée.

Ivan Fedorov avait été capturé par les forces russes le 11 mars, avant d'être libéré cinq jours plus tard. Il sera accompagné d'une délégation de quatre députés ukrainiens.

À l'issue de cette rencontre, Emmanuel Macron s'entretiendra à nouveau par téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La mairie de Marioupol indique que tenter de quitter la ville est "très dangereux"

Petro Andryoushchenko, adjoint au maire de Marioupol, a indiqué que depuis jeudi, les forces russes empêchent l'aide humanitaire d'atteindre Marioupol.

"La ville reste fermée à l'entrée est il est très dangereux de la quitter par ses propres moyens", a-t-il indiqué sur Telegram. En ajoutant: "depuis hier, l'occupant a catégoriquement refusé d'autoriser l'aide humanitaire, même en petite quantité".

Depuis plusieurs semaines, les habitants de Marioupol sont bloqués dans cette ville assiégée, sans nourriture, ni eau et électricité.

Jeudi soir, les autorités ukrainiennes ont indiqué qu'un convoi de bus n'a pas pu atteindre la commune.

Plus de 6800 élèves ukrainiens actuellement scolarisés en France

Ce vendredi, le ministère de l'Éducation nationale a indiqué que "6873 élèves arrivant d'Ukraine" étaient accueillis dans les écoles, collèges et lycées français au 31 mars.

Ils sont principalement accueillis dans les académies de Nice (674 élèves) et de Versailles (587 élèves). Dans toutes les académies, la majorité des élèves sont scolarisés dans le primaire.

Ces chiffres, arrêtés ce jeudi à 16h, augmentent rapidement puisque lundi soir, on comptait 5266 élèves ukrainiens scolarisés en France, un chiffre qui était déjà "multiplié par 20 depuis le 8 mars".

>> Lire notre article complet

Dmitri Medvedev indique que les exportations agricoles russes n'iront bientôt plus qu'aux pays "amis"

Dans un message publié sur le réseau social Telegram, l'ancien président russe Dmitri Medvedev s'est exprimé sur la "sécurité alimentaire" en Russie.

"Nous n'allons livrer de la nourriture et des produits agricoles plus qu'à nos amis", a-t-il indiqué. "Heureusement, nous en avons beaucoup, et ils ne sont pas en Europe ou en Amérique du Nord".

Tout en précisant que la liste des produits interdits à l'importation pouvait être rallongée, afin de frapper cette fois les pays "ennemis".

Les forces ukrainiennes ont repris deux localités à proximité de Tchernihiv, indique le renseignement britannique

Les services de renseignement du ministère de la Défense britannique ont indiqué ce vendredi que deux localités situées à proximité de Tchernihiv avaient été reprises par les forces ukrainiennes.

"L'armée ukrainienne a repris les villages de Sloboda et de Loukachivka situés au sud de Tchernihiv, situés le long d'une des routes principales de ravitaillement entre la ville et Kiev", souligne le communiqué.

Le document stipule également que des contre-attaques "réussies mais limitées" ont été menées par les Ukrainiens au nord-est de Kiev.

Quant aux annonces russes de réduction de l'offensive, les Britanniques soulignent que les villes de Kiev et Tchernihiv sont toujours soumises à d'intenses bombardements.

Moscou accuse l'Ukraine d'avoir attaqué un dépôt de pétrole en Russie

Un responsable russe a accusé ce vendredi l'Ukraine d'avoir mené une attaque à l'hélicoptère contre un "dépôt de pétrole" dans la ville de Belgorod, dans l'ouest de la Russie, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

"Un incendie dans un dépôt de pétrole a eu lieu à cause d'une frappe aérienne menée par deux hélicoptères de l'armée ukrainienne qui sont entrés sur le territoire russe à base altitude", a déclaré sur son compte Telegram le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

>> Lire notre article complet

Zelensky annonce avoir limogé deux généraux "traîtres"

Dans son discours vidéo publié dans la nuit de jeudi à vendredi, Volodymyr Zelensky a annoncé avoir limogé deux généraux, accusés de "traîtrise."

"Aujourd’hui, une autre décision a été prise. Concernant les antihéros. Je n’ai pas le temps de m’occuper de tous les traîtres immédiatement. Mais progressivement, ils seront tous punis. C’est pourquoi l’ex-chef du Département principal de la sécurité intérieure du Service de sécurité, Naumov Andriy Olehovych, et l’ex-chef du Bureau du Service de sécurité de l’Ukraine dans la région de Kherson, Kryvoruchko Serhiy Oleksandrovych, ne sont plus généraux."

Selon Kiev, les Russes ont quitté la centrale de Tchernobyl avec des otages

Les troupes russes ont quitté la centrale de Tchernobyl qu'ils occupaient depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février en emmenant des otages, ont annoncé jeudi soir des responsables à Kiev.

"En quittant la centrale nucléaire de Tchernobyl, les occupants russes ont pris avec eux des membres de la Garde Nationale qu'ils retenaient en otages depuis le 24 février", a déclaré sur Telegram l'agence d'Etat ukrainienne Energoatom, citant des employés.

>> Notre article complet

La présidente du Parlement européen se rend à Kiev

Roberta Metsola, la présidente maltaise du Parlement européen, a indiqué ce jeudi soir sur Twitter qu'elle était "en route pour Kiev".

"Je suis en route pour Kiev", a-t-elle simplement écrit en anglais et en ukrainien, avec un drapeau ukrainien et un hashtag de soutien au pays envahi, et une photo où on la voit emmitouflée dans un blouson devant ce qui semble être un wagon de train.

>> Notre article complet

Bonjour à tous!

Et bienvenue dans ce live consacré au 37e jour de la guerre en Ukraine.

Par BFMTV