BFMTV

Russie: les députés adoptent l'impopulaire réforme des retraites

Une manifestante tenant un portrait de Dmitri Medvedev avec l'inscription "Ennemi du peuple".

Une manifestante tenant un portrait de Dmitri Medvedev avec l'inscription "Ennemi du peuple". - Yuri KADOBNOV / AFP

Mercredi, les députés russes ont adopté une impopulaire réforme prévoyant le relèvement de l'âge de départ en retraite.

Les députés russes ont adopté mercredi une impopulaire réforme prévoyant le premier relèvement de l'âge de la retraite depuis la période soviétique, qui a déjà provoqué de multiples protestations dans le pays.

Le texte a été approuvé par 326 voix pour, 59 voix contre et une abstention en deuxième lecture, la plus importante du parcours parlementaire. Il doit être approuvé en troisième lecture puis par les sénateurs, généralement une formalité, avant d'être promulgué par le président Vladimir Poutine.

60 ans pour les femmes, 65 pour les hommes

Les députés ont introduit dans le texte, qui a provoqué de nombreuses manifestations et des revers électoraux inattendus pour le parti au pouvoir, tous les amendements proposés par Vladimir Poutine lors d'une adresse à la nation fin août.

Confronté à une fronde inhabituelle qui a fait chuter sa cote de popularité, le président avait notamment promis de n'augmenter l'âge de départ à la retraite pour les femmes que de 55 ans actuellement à 60 ans (contre 63 dans le texte initial).

Pour les hommes, l'âge de la retraite passe à 65 ans contre 60 ans aujourd'hui.

Les députés russes ont également adopté d'autres mesures prônées par Vladimir Poutine telles que le départ anticipé pour les mères de familles nombreuses, le maintien d'avantages pour certaines professions comme les mineurs et l'introduction de sanctions pénales pour les entreprises licenciant des employés proches de l'âge de la retraite.

Manifestations

Le rejet du projet de réforme des retraites, une mesure annoncée le jour de lancement de la Coupe du monde de football en Russie le 14 juin, est devenu l'un des thèmes majeurs de l'opposition libérale et a suscité la colère du Parti communiste.

Des manifestants se sont rassemblés mercredi devant la Douma, la chambre basse du Parlement russe où le texte était examiné, avec des pancartes fustigeant le Premier ministre Dmitri Medvedev, qui avait proposé la réforme en juin.

L'opposant d'extrême gauche Sergueï Oudaltsov était présent, tenant une pancarte "L'augmentation de l'âge de la retraite est un génocide!", a constaté un photographe de l'AFP.

Les opposants à la réforme affirment que beaucoup de Russes, notamment les hommes - dont l'espérance de vie plafonne à 66 ans - ne pourront guère profiter de leur retraite.

Mardi, des militants ont annoncé avoir transmis à l'administration présidentielle une pétition signée par un million de personnes demandant l'abandon de la réforme.

B.L. avec AFP