BFMTV
Chine

Chine: la feuille blanche, symbole de ralliement et de contestation des manifestants anti-confinement

Une manifestante brandit une feuille blanche en protestation à la politique "zéro Covid" de la Chine, à Shanghaï, le 27 novembre 2022

Une manifestante brandit une feuille blanche en protestation à la politique "zéro Covid" de la Chine, à Shanghaï, le 27 novembre 2022 - Hector RETAMAL / AFP

Le mouvement de protestation contre la politique "zéro Covid" du gouvernement chinois prend de l'ampleur dans le pays. Des manifestations rares en Chine, où prévaut la censure.

Trouver la parade. Afin de contourner et dénoncer la censure, des manifestants opposés à la politique "zéro covid" utilisent désormais une feuille de papier blanc comme symbole de ralliement pour protester contre la politique "zéro Covid" mise en place par Pékin.

Particulièrement mobilisés, des étudiants d'universités situées à Pékin et à Nankin ont brandi des feuilles blanches en signe de protestation lors de manifestations silencieuses, selon des images publiées sur les réseaux sociaux, rapporte ce dimanche l'agence Reuters.

Des manifestants brandissent une feuille blanche pour protester contre la politique "zéro Covid" du gouvernement à Shanghaï en Chine, le 27 novembre 2022
Des manifestants brandissent une feuille blanche pour protester contre la politique "zéro Covid" du gouvernement à Shanghaï en Chine, le 27 novembre 2022 © Hector RETAMAL / AFP

Des centaines de personnes ont également suivi ce mouvement ce dimanche après-midi dans le centre de Shanghaï en agitant feuilles et fleurs blanches.

Des hashtags censurés, des vidéos effacées

Tous protestent contre les confinements à outrance imposés ces dernières semaines par le gouvernement en réponse à la découverte de plusieurs cas positifs au Covid-19.

Ce mouvement de protestation est rare en Chine, où la censure fait loi. Les hashtags relatifs aux manifestations sont d'ailleurs censurés sur la plateforme Weibo, le réseau social numéro 1 dans le pays. Les vidéos sensibles sont effacées des sites de partage Duoyin et Kuaishou, également très populaires en Chine, où l'application Whatsapp est notamment interdite, explique l'Agence France-Presse.

Les manifestations prennent de l'ampleur dans le pays, alors que les habitants expriment leur ras-le-bol face aux confinements inopinés et mises en quarantaine systématiques des cas contact dans des centres de confinement.

Des critiques rares contre Pékin

Ce mécontentement a également été attisé par plusieurs cas très médiatisés dans lesquels les services d'urgence, lors d'accidents, auraient été ralentis par les restrictions sanitaires, avec des conséquences fatales.

Un incendie a notamment fait dix morts jeudi dans la région de Xinjiang, dans l'ouest du pays. De nombreux posts circulant sur les réseaux sociaux ont accusé les mesures anti-Covid d'avoir aggravé ce drame, des voitures garées depuis des semaines pour cause de confinement dans l'étroite ruelle menant à l'immeuble en flammes ayant entravé l'arrivée des secours.

Une vidéo largement diffusée sur internet, et que l'AFP a géolocalisée dans la rue Wulumuqi dans le centre-ville de Shanghai, montre certains protestataires crier "Xi Jinping, démission!" et s'en prendre aussi au Parti communiste chinois, une rare démonstration d'hostilité contre le président et son régime.

La Chine a recensé dimanche 39.506 cas de Covid, un record quotidien qui reste très faible par rapport aux chiffres enregistrés ailleurs dans le monde au plus fort de la pandémie.

Juliette Desmonceaux avec AFP