BFMTV

La fille de Castro: "des pièces étaient toujours fermées à clé"

Angie Gregg, la fille d'Ariel Castro, s'exprimant vendredi sur CNN.

Angie Gregg, la fille d'Ariel Castro, s'exprimant vendredi sur CNN. - -

Les proches d'Ariel Castro, inculpé pour la séquestration de trois jeunes femmes pendant dix ans à Cleveland, aux Etats-Unis, commencent à dépeindre l'homme et son quotidien dans la "maison de l'horreur".

Elle se dit "dégoûtée", "horrifiée". Angie Gregg, la fille de l'homme soupçonné de la séquestration de trois jeunes femmes à Cleveland, dans l'Ohio, est apparue bouleversée vendredi devant la caméra de CNN. Elle avait le besoin de s'exprimer, de raconter le quotidien de cette maison où elle se rendait régulièrement. C'est là qu'ont été retrouvées lundi trois jeunes femmes retenues prisonnières depuis dix ans.

Angie Gregg se souvient de "ces choses bizarres remarquées au fil des ans". Un père qui mettait du temps à ouvrir, poussait la musique à fond et "ne voulait jamais quitter sa maison plus d'un jour". Des portes qui "restaient toujours fermées à clé". Et des absences: "Parfois au dîner, il disparaissait une heure ou deux et puis il revenait, sans explication".

"Je ne veux plus jamais le revoir"

Ariel Castro, chauffeur de bus au chômage de 52 ans, a été inculpé jeudi pour l'enlèvement, la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant dix ans. Amanda Berry, 27 ans, Gina DeJesus, 23 ans, et Michelle Knight, 32 ans, avaient été enlevées il y a respectivement 10, 9 et 11 ans. Dans la maison, la police a retrouvé une enfant âgée de six ans, la fille d'Amanda Berry née pendant sa captivité, ainsi que des chaînes et des cordes.

Angie Gregg se souvient de la photo son père lui a montrée de cette enfant, il y a deux mois, sur son portable. "Regarde comme elle est mignonne, c'est la fille d'une de mes amies", lui avait-il dit. "Je lui ai dit: 'elle ressemble à Emily, ma petite soeur' et il m'a dit: 'non, ce n'est pas mon enfant'." Vendredi, la justice a indiqué que les tests ADN confirmaient qu'Ariel Castro était bien le père de cette enfant.

Bouleversée, Angie Gregg indique qu'elle "ne veut plus jamais revoir" son père et se dit prête à rencontrer ses victimes présumées, pour leur demander pardon.

"Des otages dans la maison"

Monica Stephens a également bien connu ce que les médias ont qualifié de "maison de l'horreur". Elle était mariée avec le fils d'Ariel Castro. A des médias américains, elle a relaté des scènes très violentes que lui dépeignait son ex-mari. "Il m'a parlé de la façon dont son père et sa mère le rouaient de coups, ils étaient comme des otages dans la maison, ils étaient littéralement enfermés pendant des heures", raconte-t-elle.

Lillian Rodriguez, la mère d'Ariel Castro, dépeind tristement un homme "malade". "J'ai un fils malade qui a commis quelque chose de très grave", a-t-elle simplement déclaré à des médias locaux, en demandant "pardon aux mères" des victimes. Peu de temps après l'enlèvement de deux des trois jeunes femmes, Ariel Castro se dépeignait lui-même, dans une lettre retrouvée à son domicie, comme un "prédateur sexuel".


A LIRE AUSSI:

>> "Je suis un prédateur sexuel", affirmait Castro en 2004

>> Cleveland: le procureur envisage la peine de mort contre Castro
>> Séquestrées de Cleveland: la police pointée du doigt

M. T. avec Renaud Gardette