BFMTV

Jay Z et Beyoncé ont financé la caution de manifestants de Baltimore et Ferguson

Jay Z et Beyoncé ont payé la caution de manifestants arrêtés à Ferguson et à Baltimore.

Jay Z et Beyoncé ont payé la caution de manifestants arrêtés à Ferguson et à Baltimore. - Timothy A. Clary - AFP

Le couple le plus puissant du showbiz américain a financé le mouvement Black Lives Matter et les cautions de manifestants arrêtés lors des émeutes de Ferguson et Baltimore, aux Etats-Unis.

Jay Z et Beyoncé, aurait versé de l'argent pour payer les cautions de manifestants, arrêtés à Ferguson et Baltimore, après les émeutes qui ont suivi la mort d'un jeune Afro-américain. L'écrivaine et activiste Dream Hampton, qui avait collaboré en 2010 à l'autobiographie de Jay Z intitulée Decoded, a divulgué l'information sur Twitter dimanche, dans plusieurs posts, qu'elle a effacés, mais qu'on peut voir dans le magazine spécialisé dans le hip-hop Complex. Avant de tweeter: "Rappelez-moi de ne plus jamais tweeter".

"Un gros chèque"

"Quand on avait besoin d'argent pour les cautions de manifestants à Baltimore, je... taxais Jay, comme je l'avais fait pour Ferguson (et il) me transférait des dizaines de milliers" de dollars en quelques minutes, écrit-elle. Le couple de musiciens milliardaires aurait également financé le mouvement BLM (Black Lives Matter), signant "un gros chèque", selon Dream Hampton.

La jeune femme a également indiqué avoir effacé ses tweets, pour ne pas agacer Jay Z, qui souhaite rester très discret sur son action. C'est pour soutenir le couple, critiqué par des activistes qui lui reprochaient son manque d'implication financière, que Dream Hampton a d'abord posté cette série de tweets.

Acquittement

La ville de Ferguson avait été secouée par de violentes émeutes en août 2014, après la mort de Michael Brown un jeune Noir tué par la police, et en novembre, après l'acquittement du policier qui l'avait abattu. Le même scénario s'est rejoué en avril dernier à Baltimore, après la mort d'un jeune Noir de 25 ans, Freddie Gray, à la suite de son interpellation.

Le chanteur Prince y a donné le 11 mai un "concert pour la paix" et chanté un morceau écrit pour l'occasion, intitulé Baltimore. "Sans justice, il ne peut y avoir de paix", a-t-il chanté.

M. R.