BFMTV

Egypte: la communauté internationale impuissante?

-

- - -

Qui peut arrêter le bain de sang en Egypte? Face aux affrontements et l’entêtement de l’armée, l’Union européenne s’organise. La fin de l’aide financière au pays n’est pas exclue. Les Etats-Unis ont perdu toute influence. Seuls les voisins du Golfe pourraient se faire entendre.

Jour après jour, l’Egypte s’isole de plus en plus sur la scène internationale. L’armée reste ainsi sourde aux injonctions des Etats-Unis, l’allié traditionnel, qui lui fournit pourtant 1,5 milliards de dollars en aide militaire par an.

"On a bien vu les dirigeants américains exercer des pressions fortes sur le général Sissi. Cela n'a en rien influé sur le cours des événements", rappelle Dominique Moïsi, conseiller spécial de l'Ifri (Institut français des relations internationales). Depuis mercredi, les violences entre police et manifestants pro-Morsi ont fait plus de 700 morts.

Une suspension de l'aide européenne?

De son côté l’Union européenne s’organise pour ne parler que d’une seule voix, et envisage un moyen de pression: la suspension de l’aide financière européenne à l’Egypte, dont l’économie est au bord de l’asphyxie.

L’Egypte pourrait toutefois être plus à l’écoute de ses alliés au Moyen-Orient. "Qui a de l'influence en Egypte aujourd'hui?", interroge le politologue spécialiste du monde arabe Gilles Kepel. "L'Arabie saoudite en grande partie, parce qu'elle a mis beaucoup d'argent sur le général Sissi. Et, dans une certaine mesure, le Qatar, par son influence sur les Frères musulmans".

Problème: les deux pays opposent sur le plan diplomatique. Le Qatar a apporté son soutien aux partisans de Mohamed Morsi, tandis que l’Arabie Saoudite a affirmé son appui au pouvoir égyptien et a dénoncé les tentatives de déstabilisation du pays.