BFMTV

Egypte: l'opposant Mohammed El Baradei nommé Premier ministre

Mohamed El Baradei est le nouveau Premier ministre d'Egypte dans le gouvernement de transition.

Mohamed El Baradei est le nouveau Premier ministre d'Egypte dans le gouvernement de transition. - -

Les partisans du président déchu Mohamed Morsi étaient mobilisés en masse samedi face à l'armée, qui a nommé un nouveau Premier ministre, Mohamed El Baradei, farouche opposant aux islamistes.

C'est dans un climat de vives tensions alourdi par la flambée de violences qui a fait 37 morts en 24 heures, que Mohamed El Baradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et farouche opposant à Mohamed Morsi, a été nommé Premier ministre. Il doit prêter serment dans la soirée.

Devant le palais présidentiel, des dizaines de personnes en liesse ont aussitôt afflué dès sa nomination, brandissant des drapeaux égyptiens sur fond de chants patriotiques.Mais au même moment, les manifestations pro-Morsi se poursuivent.

Par dizaines de milliers, les partisans des Frères musulmans étaient eux rassemblés samedi, notamment aux abords d'une mosquée de Nasr City, un faubourg du Caire, qu'ils occupent depuis une dizaine de jours. La puissante confrérie, cible d'une campagne de répression des nouvelles autorités depuis la chute de Mohamed Morsi, a demandé à ses partisans de se mobiliser "par millions" jusqu'au rétablissement dans ses fonctions du président déchu, élu il y a un an, et pour dénoncer "l'Etat policier" instauré après le "coup d'Etat militaire".

El Baradei, un prix Nobel de la Paix

Dans le camp opposé, sur la place Tahrir, des groupes de manifestants anti-Morsi qui y campent tous les soirs s'y trouvaient samedi, rejoints par d'autres, à la veille d'une nouvelle mobilisation dimanche pour soutenir l'éviction du président islamiste à l'appel du mouvement Tamarrod, qui avait organisé les manifestations monstres du 30 juin.

Dans ce contexte tendu, le président civil par intérim, le magistrat Adly Mansour, a rencontré Mohamed El Baradei samedi, ainsi que des représentants de Tamarrod. L'homme, prix Nobel de la paix en 2005 pour son travail au sein de l'AIEA, était revenu en Egypte en 2010 pour s'opposer au régime de Hosni Moubarak. Il avait ensuite activement soutenu le soulèvement contre Hosni Moubarak en 2011, puis s'était positionné comme une des figures de proue de la mouvance laïque et libérale, une mouvance anti-Morsi.

Mohamed Morsi, qui était accusé par ses détracteurs d'accaparer le pouvoir, est toujours détenu par l'armée. Le Guide suprême Mohamed Badie est lui sous le coup, avec huit autres chefs de la confrérie des Frères musulmans, d'une accusation d'"incitation au meurtre". Le numéro deux de la confrérie, Khairat al-Chater, a également été arrêté.

A. G. avec AFP