BFMTV

Atmosphère tendue en Egypte

Des manifestants pro Morsi, le 5 juillet au Caire.

Des manifestants pro Morsi, le 5 juillet au Caire. - -

L'atmosphère est tendue samedi matin au Caire, où les Frères musulmans ont appelé à de nouvelles manifestations en soutien au président destitué Mohamed Morsi. Vendredi, les violences ont fait au moins 26 morts à travers le pays.

Barricades et rues jonchées de pierres et de pneus calcinés témoignent samedi des violences de la nuit. Au Caire, l'atmosphère est toujours très tendue. En témoignent la présence des forces anti-émeutes, à plusieurs carrefours et sur des ponts, avec des hommes en armes. Les Frères musulmans ont appelé à de nouvelles manifestations en soutien au président destitué Mohamed Morsi.

La tension est encore perceptible aux abords de l'université du Caire, sur la rive occidentale du Nil, où les Frères musulmans ont établi des barricades et arboraient des portraits du président déchu devant les forces de sécurité.

Anti-Morsi armés de bâtons

Les accès à la place Tahrir étaient quant à eux contrôlés par des anti-Morsi armés de bâtons. Le calme prévaut toutefois sur la place, où quelques centaines de personnes ont passé la nuit dans un village de tentes dressé sur le terre-plein central.

Dans la nuit, les Frères musulmans ont appelé à de nouvelles manifestations, faisant craindre de nouveaux débordements, malgré leur insistance sur le caractère "pacifique" de leur mobilisation.

Vendredi, les affrontements entre pro et anti-Morsi, mais aussi entre pro-Morsi et soldats, ont fait une vingtaine de morts et des centaines de blessés, essentiellement au Caire et à Alexandrie (nord), les deux plus grandes villes du pays.

De plus, dans la péninsule instable du Sinaï (nord-est), cinq policiers et un soldat ont été tués dans des attaques de militants islamistes qui n'ont pas été revendiquées. Dans la nuit, des islamistes ont attaqué le gouvernorat du Nord-Sinaï et y ont hissé leur drapeau.

Depuis le 26 juin, les accrochages ont fait plus de 80 morts dans le pays.

Galvanisés

Galvanisés par leur Guide suprême Mohamed Badie, apparu à un rassemblement alors que les services de sécurité avaient annoncé son arrestation, les partisans de l'ex-chef d'Etat islamiste ont multiplié les manifestations vendredi.

Les Frères musulmans, dont l'influent numéro 2, Khairat al-Chater, a été arrêté dans la nuit, entendent rester "dans les rues par millions jusqu'à ce que" le président déchu retrouve son poste, a prévenu M. Badie.

"Nous avons déjà vécu sous un régime militaire et nous ne l'accepterons pas une nouvelle fois", a-t-il lancé, faisant référence à l'intérim controversé assuré par l'armée entre la chute de Hosni Moubarak en février 2011 et l'élection de Mohamed Morsi en juin 2012.

Le mouvement Tamarrod (rébellion), à l'origine des manifestations monstres du 30 juin contre Mohamed Morsi ayant abouti à destitution, a pour sa part appelé à une nouvelle mobilisation dans les rues dimanche à travers le pays pour contrer les Frères musulmans.

M.R. avec AFP