BFMTV
Religions

Washington doute du "jugement" de Charlie Hebdo

La couverture de Charlie Hebdo du 19 septembre 2012

La couverture de Charlie Hebdo du 19 septembre 2012 - -

La publication de nouvelles caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo suscite la controverse.

Les caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo ont suscité un tollé mercredi. Washington a mis en doute "le jugement" de l'hebdo français, tandis que des associations comme la Licra sont venues défendre la liberté d'expression. 

BFMTV a suivi ces réactions en direct. Ce live est maintenant clôturé, merci de l'avoir suivi. 

Voici les quatre principales informations à retenir de cette journée après la publication de caricatures du prophète Mahomet par Charlie Hebdo :

• Une plainte déposée contre Charlie Hebdo. Une association a déposé plainte au parquet de Paris contre le journal satirique pour "provocation publique à la haine" et "discrimination publique religieuse".
Ecoles et ambassades françaises fermées dans le monde arabe "à titre de précaution". Le Quai d'Orsay a annoncé la fermeture des lieux de représentation français dans 20 pays du monde musulman.

• Le site web de Charlie Hebdo piraté. Inaccessible dès 8h30, le site de l'hebdomadaire a été victime d'un piratage "plus massif encore qu'en 2011". Une enquête a été ouverte.

• Manuel Valls appelle "chacun à faire preuve de responsabilité". S'exprimant à la mi-journée après avoir reçu les représentants du culte musulman, le ministre de l'Intérieur a défendu la liberté d'expression et souligné qu'"aucune manifestation troublant l'ordre public serait tolérée".

18h48: La Maison Blanche met en doute la décision de Charlie Hebdo de publier des caricatures du prophète Mohammed."Nous avons des questions sur le jugement qui a conduit à publier de telles choses", déclare ainsi le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. 18h06: La Licra au secours de Charlie Hebdo. La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme vient au secours de Charlie Hebdo en dénonçant "l'hypocrisie" autour de l'affaire des caricatures de Mahomet, et appelle les élus à "se montrer plus pugnace contre la réactivation du délit de blasphème". Selon la Licra, "les croyances ne doivent pas échapper à la critique, à la dérision et à la caricature".

17h40: Privé de site web, Charlie Hebdo rouvre son blog. Piraté mercredi matin, l'hebdomadaire satirique a provisoirement rouvert son blog sur la plateforme Wordpress, qui n'avait pas servi depuis juillet. Ce blog avait été créé après la première attaque contre le site de Charlie Hebdo, en novembre dernier, à la suite de... publications de caricatures de Mahomet. Du site, seule la boutique en ligne a été épargnée. Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert une enquête sur le piratage dont a été victime le site du journal.

17h10: Une plainte déposée contre Charlie Hebdo. L'"Association syrienne pour la liberté", basée dans le XXe arrondissement de Paris, vient de déposer plainte au parquet de Paris contre l'hebdomadaire satirique pour "provocation publique à la haine" et "diffamation publique religieuse", après la publication des caricatures du prophète Mahomet.

17h: Pour Ennahda, les musulmans "ont le droit de protester". Le parti islamiste au pouvoir en Tunisie a condamné "une nouvelle attaque contre la personne du Prophète" et "exprimé le droit des musulmans à protester" contre les caricatures publiées par Charlie Hebdo. Ennahda a toutefois appelé à "l'utilisation de moyens civils et pacifiques".

16h52: Catholiques et musulmans veulent "vivre ensemble". Dans un communiqué commun, la conférence des Evêques de France et le Conseil français du culte musulman lancent un "appel à la fraternité" et au "vivre ensemble". Tout en "défendant la liberté de s'exprimer dans le respect de la loi", les représentants des deux cultes rappellent que "la liberté se met elle-même en danger si elle oublie la fraternité et le respect de l'égale dignité".

16h25: Pour le Vatican, Charlie "met de l'huile sur le feu". Pour l'Osservatore romano, quotidien publié par le service officiel d'information du Vatican, l'initiative de Charlie Hebdo est "discutable" et "jette de l'huile sur le feu". "Alors qu'on cherche péniblement à faire baisser la tension qui travers le monde islamique (...), on risque aujourd'hui d'ouvrir un nouveau front de protestation", dénonce le quotidien.

16h20: Le dessinateur Martin Vidberg préfère en rire. Sur son blog "L'actu en patates", le dessinateur de presse réagit par l'humour en quelques coups de crayon.

16h10: Charlie Hebdo écoulé en deux heures. Les 75.000 exemplaires de Charlie Hebdo publiés mercredi matin se sont écoulés en deux heures, selon Le Figaro. L'hebdomadaire satirique prévoit un nouveau tirage vendredi, qui devrait porter le total de ses ventes à plus de 200.000 exemplaires. D'ordinaire, un numéro se vend en moyenne à 45.000 exemplaires, a indiqué le rédacteur en chef Charb.

16h: La plus haute autorité sunnite condamne les caricatures. Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite basée au Caire, a condamné la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. "Al-Azhar et tous les musulmans refusent catégoriquement l'insistance d'une publication française à publier des caricatures portant atteinte à l'islam et à son prophète", a déclaré le cheikh d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayyeb.

15h41: "Tabou insupportable" pour Charlie Hebdo. L'avocat de l'hebdomadaire, Me Richard Malka, a jugé "insupportable de laisser penser qu'il y a un tabou dont on ne pourra jamais parler". Il a invoqué la liberté d'expression, notamment en matière religieuse. "On est dans un pays laïc, dans lequel la tradition de caricaturer le fait religieux remonte à plus d'un siècle", a-t-il argué, avant de s'insurger : "Il y aurait un phénomène qu'on ne pourrait pas caricaturer, ce serait les débordements de l'islamisme ?!"

15h30: Morin défend Charlie Hebdo. Hervé Morin, le président du Nouveau Centre, a défendu l'initiative de l'hebdomadaire satirique, du moment que les caricatures publiées par Charlie Hebdo ne contreviennent pas à la loi. "La liberté de la presse existe pour tout le monde et concerne tout le monde. Dès lors que l'on reste dans le cadre des lois, la presse a le droit de publier des caricatures", a argué l'ancien ministre de la Défense.

15h17: Le président du culte musulman parle d'irresponsabilité. Mohammed Moussaoui, le président du CFCM (Conseil français du culte musulman), se déclare après sa rencontre avec Manuel Valls "profondément consterné par les dessins insultats à l'égard du prophète et de l'islam", un "acte irresponsable" qui l'inquiète. Le CFCM, organe représentatif des différents courants musulmans en France, a toutefois exhorté les musulmans "à ne pas céder à la provocation et à exprimer leur indignation dans la sérénité avec des moyens légaux".

13h12: Valls défend la liberté d'expression mais... Le ministre de l'Intérieur assure qu'il s'agit d'un "droit fondamental" mais appelle également chacun "à faire preuve de responsabilité". S'exprimant à l'issue d'une rencontre avec les représentants du culte musulman, il a souligné qu'aucune manifestation troublant l'ordre public "ne sera tolérée", rejoignant ainsi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui avait annoncé mercredi matin que la manifestation prévue samedi serait interdite.

12h38: Les écoles françaises fermées en Tunisie. La dizaine d'établissements scolaires français de Tunisie seront fermés "à titre préventif" de mercredi 14h à lundi 8h par mesure de précaution après la publication de caricatures de Mahomet en France, annonce l'ambassade française à Tunis.

>> A lire aussi : Les mesures préconisées par le Quai d'Orsay

12h30: Charlie Hebdo annonce que son site internet "a été piraté". Le site du titre était inacessible depuis mercredi matin. "Le site est bloqué car il a été piraté. Apparemment, c'est une attaque encore plus massive qu'en 2011" quand Charlie Hebdo avait déjà publié des caricatures du prophète, a déclaré Charb à des journalistes au siège de l'hebdomadaire.

12h23: Charb réclame le soutien de Jean-Marc Ayrault. Le directeur de Charlie Hebdo estime que le Premier ministre devrait "soutenir la liberté de la presse et la République" plutôt que de se laisser impressionner par "des clowns ridicules qui manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis", a-t-il déclaré à l'AFP-TV.

11h38: Des cars de CRS devant Charlie Hebdo. Le siège de l'hebdo satirique fait l'objet de mesures de sécurité exceptionnelles depuis mardi soir selon Europe1. Trois cars de CRS stationnent, jour et nuit, devant l'immeuble situé dans le XXe arrondissement de Paris et des renforts devraient arriver en fin de matinée.

11h30 : Valls doit recevoir les représentants musulmans.
Seront notamment présents Mohammed Moussaoui, le recteur de la grande mosquée de Paris (GMP) Dalil Boubakeur et des représentants de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères musulmans.

11h25 : Des ambassades et écoles fermées dans 20 pays. Le Quai d'Orsay annonce la fermeture provisoire des ambassades, consulats et écoles françaises dans une vingtaine de pays musulmans vendredi, jour de la grande prière, par mesure de "précaution" après la publication de caricatures de Mahomet en France.

>> A lire aussi : Le Web aussi s'enflamme contre Charlie Hebdo

11h : Le Quai d'Orsay invite les voyageurs à la vigilance. "Il est fortement recommandé de se tenir éloigné de tout rassemblement, d’éviter d’emprunter les axes traditionnels de manifestations de rue et les alentours de bâtiments sensibles (représentations occidentales, lieux de cultes,…)", explique le ministère sur son site.

10h : La sécurité des ambassades françaises renforcée. "J'ai évidemment envoyé des instructions pour que dans tous les pays où cela peut poser des problèmes, on prenne des précautions de sécurité particulières", a annoncé le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, qui se dit "préoccupé".

>> A lire aussi : La classe politique ménage les sensibilités et la liberté d'expression

8h40 : Une "provocation inutile" pour Brice Hortefeux. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, l'ancien ministre indique préférer "les excès des caricatures aux excès des censures".


8h30: le site de Charlie Hebdo inaccessible. Le site internet de Charlie Hebdo était inaccessible mercredi matin, et sa page Facebook était submergée de commentaires, positifs ou négatifs, sur les caricatures du Prophète publiées par l'hebdomadaire. Incident technique, trop grand nombre de requêtes, acte de pirates: les raisons du blocage du site n'étaient pas connues dans l'immédiat.

8h: Marine Le Pen dénonce des "reculades" des politiques. Interrogée sur France2, la leader frontiste a affirmé a davantage ciblé la classe politique que Charlie Hebdo. Défendant le principe de liberté d'expression, elle a fustigé "une classe politique qui titube, se tortille, incapable de rappeler les principes de la France et de les imposer à un certain nombre qui effectuent bras de fer après bras de fer".

7h55: Le Crif dénonce un "panache irresponsable". Le Conseil représentatif des institutions juives de France "désapprouve l'initiative prise par Charlie Hebdo", explique-t-il dans une lettre transmise à l'AFP. "Publier ces jours-ci, au nom de la liberté, des caricatures sur Mahomet est une forme de panache irresponsable."

7h36: "Les personnes choquées peuvent saisir les tribunaux." Invité de la matinale de RTL mercredi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a défendu la liberté d'expression autorisée en France tout en reconnaissant que l'initiative de Charlie Hebdo pouvait heurter. "Nous sommes dans un pays où la liberté d'expression est garantie, la liberté de caricature aussi". "Si vraiment des personnes se sentent heurtées dans leurs convictions et pensent qu'il y a eu dépassement du droit - nous sommes dans un Etat de droit qui doit être totalement respecté -, elles peuvent saisir les tribunaux".


BFMTV