BFMTV

Le CFCM appelle à la "tolérance" et à "l'apaisement"

Anouar Kbibech, le président du Conseil français du culte musulman, a rencontré Bernard Cazeneuve ce mercredi, afin de lui exprimer sa "profonde émotion et inquiétude" face à la polémique liée aux arrêtés anti-burkini pris dans certaines villes de l'Hexagone.

C'est une audience "en urgence" que le CFCM avait demandé au ministre de l'Intérieur et des cultes alors qu'enfle la polémique née des arrêtés anti-burkini pris dans certaines communes du littoral.

Anouar Kbibech a témoigné de la "profonde émotion et inquiétude" de la communauté musulmane, et s'est dit, à l'issue de l'entrevue, "totalement rassuré" par l'engagement pris par le ministre qui lui a rappelé "qu'on était dans un Etat de droit avec des principes et des lois".

"Aujourd'hui plus que jamais nous avons besoin de tolérance, d'apaisement, loin de toute stigmatisation", a-t-il déclaré, rappelant le contexte tendu dans lequel évolue la société française dû à la vague d'attentats qui touche le pays depuis plusieurs mois.

C'est d'ailleurs pour apaiser les tensions que le président du CFCM a tenu à assurer "l'attachement des musulmans au pacte républicain, aux valeurs et lois lois de la République", rappelant la devise française, "liberté, égalité, fraternité" et de son importance dans le cadre du "vivre-ensemble".

Et face aux critiques sur la place de la femme au sein de l'Islam, il a affirmé qu'elle s'inscrivait dans le cadre des principes d''égalité, d'équité et de liberté".

M.-C.M.