BFMTV

Des JMJ sous haute surveillance après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

L'ambiance promet d'être plus lourde que prévu aux Journées mondiales de la jeunesse, qui ont débuté mardi 26 juillet à Cracovie. Malgré une affluence réduite par rapport aux précédentes éditions, les autorités polonaises sont sur le qui-vive pour sécuriser l'événement.

Le pape François s'envole mercredi pour la Pologne, où l'attaque jihadiste dans une église en France a quelque peu terni l'ambiance des JMJ (Journées mondiales de la jeunesse). Sécuriser les festivités qui courent sur plusieurs jours, jusqu'à dimanche, représente un casse-tête pour les autorités polonaises. Et ce même si le nombre de participants, évalué au début de l'année à deux millions de personnes, est descendu de manière spectaculaire - à seulement 400.000 pèlerins officiellement enregistrés.

"La paix est menacée par le terrorisme brutal", a dit le cardinal archevêque de Cracovie Stanislaw Dziwisz, lors d'une conférence de presse. Mais il a aussitôt souligné que les JMJ allaient y apporter une réponse efficace, un message de "paix, unité, réconciliation et solidarité".

20.000 policiers et 11.000 garde-frontières

Le voïvode (préfet) de la région de Malopolska, Jozef Pilch, a rappelé que vingt mille policiers allaient veiller sur le bon déroulement des JMJ. Si la majorité des pèlerins font bonne figure et assurent ne pas craindre d'attentat, les autorités sont plus inquiètes.

Elles n'ont pas lésiné sur les moyens: 20.000 policiers, 9.000 pompiers, 800 membres du service de protection du gouvernement et 11.000 gardes-frontières ont été mobilisés pour assurer la sécurité lors des grands rassemblements prévus jusqu'à dimanche. Selon Le Monde, les pompiers sont chargés notamment de contrôler tous les sites industriels, dont l'aéroport de Carcovie-Balice. 

Quant au surcoût qu'imposeront ces JMJ sur le budget polonais, le gouvernement reste très silencieux. Une "réserve spéciale de 23 millions d'euros" est mentionnée par le journal du soir. 

L'accueil des migrants en question

L'arrestation lundi à Lotz, dans le centre du pays, d'un Irakien soupçonné de terrorisme transportant des explosifs, ne va pas dans le sens d'un apaisement des esprits. Les agents sont actuellement à la recherche d'éventuels complices et d'importantes quantités d'explosifs, à travers la Pologne, selon Polsat News.

Interrogé, le ministre de l'Intérieur Mariusz Blaszczak, avait indiqué lundi matin qu'environ 200 personnes avaient été interdites d'entrée sur le territoire polonais, dans le cadre des mesures de sécurité entourant les JMJ.

Sur le plan politique, les appels et les gestes du pape en faveur des migrants, y compris musulmans, passent mal dans un pays où, en phase avec une bonne partie de la société, la Première ministre Beata Szydlo, conservatrice et catholique affirmée, ne veut pas de réfugiés et évoque des raisons de sécurité. Le message de miséricorde et d'ouverture prôné par le pape risque, dans ce contexte, d'être assez inaudible.

David Namias et AFP