BFMTV

Paris: plusieurs milliers de personnes rassemblées contre le racisme et les violences policières

Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés ce samedi à Paris pour dénoncer les violences policières et le racisme, en écho au meurtre de George Floyd aux États-Unis.

À Paris, comme dans plusieurs grandes villes de France, plusieurs milliers de manifestants se sont réunis ce samedi après-midi pour protester contre la mort de George Floyd. Cet Afro-américain de 46 ans est mort, le 25 mai, suite à une interpellation policière à Minneapolis. Les images de ses derniers instants, où l'on voit un policier blanc appuyer son genou sur son cou jusqu'à l'agonie, ont déclenché un mouvement mondial contre le racisme et les violences policières

Selon le ministère de l'Intérieur, ils étaient 5500 dans les rues de la capitale, malgré l'interdiction de la préfecture de police de Paris.

A Concorde et sur le Champ-de-Mars

Les manifestants, qui avaient prévus de se rassembler devant l'ambassade des États-Unis à l'appel de la ligue de lutte noire-africaine, ont finalement dû se rabattre sur la place de la Concorde. L'ambassade était inaccessible, barricadée derrière un dispositif anti-émeute. 

"Il faut que l'État français prenne conscience que certains policiers sont racistes", explique Eftimia, une manifestante. "On en ras-le-bol et on espère que l'État va prendre ses responsabilités sur ce sujet-là." 

Une autre manifestation a ensuite démarré, au Champ-de-Mars devant la tour Eiffel aux alentours de 17 heures, avec toujours une forte présence des forces de l'ordre.

Quelques heures plus tard, plusieurs centaines de manifestants étaient encore présents, selon la préfecture de police, malgré les demandes de dispersion des forces de l'ordre.

Aucun trouble à l'ordre public ou heurts avec la police n'ont toutefois été constatés. Mais on dénombre tout de même plusieurs interpellations, notamment pour transport d'aérosol ou refus de se soumettre à un contrôle d'identité. 

Genou à terre

Parmi les slogans, en français mais aussi beaucoup en anglais, on retrouve le célèbre "Black Lives Matter" (la vie des Noirs compte"). Né aux États-Unis, ce slogan anti-raciste a essaimé un peu partout dans le monde ces derniers jours. 

Un autre élément importé d'Outre-Atlantique a été repris : le fameux "take a knee", ce geste du joueur de basketball de la NFL, Colin Kaepernick. Les manifestants et manifestantes ont posé un genou à terre, face aux forces de l'ordre, pour demander "justice pour George Floyd" mais aussi pour les victimes de violences policières en France. 

"Justice pour Adama"

Car si la manifestation devait rendre hommage à cet Afro-américain de 46 ans, les participants comptaient bien dénoncer le racisme institutionnel en France. Ils ont scandé les noms des victimes françaises de violences policières, comme Lamine Dieng, mort dans un fourgon de police à Paris, mais aussi Adama Traoré, décédé lors d'une interpellation par des gendarmes le 19 juillet 2016, dans le Val-d'Oise. 

La manifestation, mardi 2 juin, organisée par la soeur d'Adama, Assa Traoré, avait déjà réuni plus de 20.000 personnes devant le tribunal de Paris.

Camille Sarazin