BFMTV

"Fête à Macron": une ambiance festive mais pas de raz de marée

En famille, déguisés ou les bras munis de pancartes, plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche pour "la fête à Macron". Ils étaient 160.000, selon la France insoumise, 40.000 d'après la préfecture de police, et 38.900 d'après un décompte indépendant effectué pour BFMTV.

François Ruffin voulait "un lieu de protestation festive", et il semble que son souhait soit exaucé: ce samedi, plusieurs milliers de manifestants, 160.000 selon les organisateurs, se sont rassemblés sur la place de l'Opéra à Paris avant de battre le pavé. Objectif? Faire "la fête à Macron", à l'appel notamment du député La France insoumise François Ruffin. A Toulouse et Bordeaux aussi, l'appel a été suivi: ils étaient entre 1500 et 3000 à Toulouse en matinée, et un peu plus de 500 à Bordeaux.

Guerre des chiffres

En milieu d'après-midi, la France insoumise a revendiqué la présence de 160.000 manifestants à Paris, alors que la préfecture de police a décompté 40.000 participants. De son côté, le cabinet Occurrence, qui effectue un décompte indépendant pour plusieurs médias dont BFMTV, a fait état de 38.900 manifestants. 

A Paris, l'ambiance était festive et bon enfant pendant la majeure partie du rassemblement: "on sait que c'est le meilleur moyen d'attirer les gens qui ne sont pas en lutte. Il y a des gens qui veulent juste autre chose", a expliqué François Ruffin avant le départ du cortège.

Un concert samedi soir à Bastille

Certains manifestants étaient venus en famille, et pique-niquant sur place au milieu de banderoles reprenant des slogans de LFI: 

"A bas le président des riches, "non au coup d'Etat social", "pour la planification écologique", avec certains plus potaches: "Manif pot-au-feu, c'est encore meilleur réchauffé", "un an de trop", "arrêtons ToutenMacron".

Un orchestre s'est installé devant l'opéra Garnier, et aux alentours les commerces sont restés ouverts. Vendredi Jean-Luc Mélenchon avait promis un "moment de fraternité tranquille", avec pour objectif d'"adresser un message clair à (Emmanuel) Macron et aux milieux économiques qui l'entourent, celui de la détermination et de la volonté de ne rien céder".

Huit interpellations

Quatre jours après les débordements du 1er-Mai, 2000 policiers et gendarmes étaient déployés pour ce rassemblement. "Je profite du micro pour dire aux casseurs: arrêtez, vous rendez service au gouvernement qui nous diabolise", a martelé Alexis Corbière, député LFI, samedi matin sur Europe1. La manifestation a commencé à se disperser vers 19 heures et doit se clôturer avec un concert, place de la Bastille. Au cours de la journée, huit personnes ont été interpellées et un policier a été légèrement blessé après qu'un camion de télévision a été dégradé. 

A. K.