BFMTV

1er-Mai: Mélenchon en colère contre "les fils à papa qui pètent les vitrines des McDo"

Le leader de la France insoumise affirme que les auteurs des violences du 1er-Mai "confisquent et récupèrent" la manifestation.

Au lendemain des violences survenues lors de la manifestation du 1er-Mai à Paris, Jean-Luc Mélenchon ne décolère pas. Sur BFMTV et RMC, le leader de la France insoumise "condamne fermement" les incidents commis par "ce groupe de violents", et déplore le fait qu'ils "nous confisquent, récupèrent notre 1er-Mai". "Ils ont servi la soupe à nos adversaires", affirme-t-il encore.

Il s'adresse également aux jeunes, considérant que c'est "[s]on devoir de condamner et d'expliquer":

"Personne ne peut croire qu'en cassant une vitrine de McDo, on fait un acte révolutionnaire. Ceci n'est pas une activité révolutionnaire! L'activité révolutionnaire consiste à rendre conscients, à organiser, discipliner des millions de gens qui comprennent quels sont les enjeux du moment politique."

"Ce type de violence ne mène nulle part"

Et Jean-Luc Mélenchon poursuit, en s'adressant toujours aux jeunes: 

"Ce type de violence ne mène nulle part. Ne vous laissez pas embarquer là-dedans, c'est de la pure aventure et ça finit toujours mal. Quand vous serez allés en taule, quand vous aurez un casier judiciaire, vous servirez à quoi pour la lutte? A rien! Ce genre d'activité ne débouche sur rien."

Pour autant, aux yeux du député de Marseille, ces violences ne justifient pas de réactions supplémentaires de la part du président de la République, qui laisse Edouard Philippe et Gérard Collomb gérer les conséquences: "Vous croyez que 100 personnes vont prendre en otage l'Etat? Et que tout le monde devrait s'occuper de regarder des fils à papa péter les vitrines de McDo? Non, il faut du sérieux". 

A. K.