BFMTV

Les travaux de consolidation ont débuté rue de Trévise

Les travaux ont début tôt ce mardi matin rue de Trévise, dix jours après l'explosion. Deux poutres métalliques de 18 mètres devaient être mises en place pour consolider les immeubles touchés.

Dix jours après l’explosion rue de Trévise, l’heure est à la sécurisation des immeubles. Ce mardi matin, les travaux de consolidation des trois bâtiments les plus fragilisés ont démarré. Outre la stabilisation des bâtiments, le but est surtout de permettre aux habitants de récupérer leurs effets personnels.

Avant même le lever du jour, les grues étaient déjà sur le pied de guerre. Il faut dire que le chantier est inédit et particulièrement complexe. "C’est une opération d’envergure, sensible, qui a été plus difficile ce matin en raison des conditions météorologiques qui ne sont pas avec nous", a expliqué Delphine Bürkli, maire du 9e arrondissement.

Deux poutres métalliques 

La neige n’a effectivement pas facilité le travail des pompiers et charpentiers. Pour les ouvriers mobilisés, l’objectif était de faire atterrir deux poutres métalliques de 18 mètres de long côté cour, en passant par le toit.

"La priorité, c’est de stabiliser les six immeubles les plus touchés parce que leurs fondements peuvent être fissurés et les fissures ne sont pas forcément visibles d’ailleurs. Et ils peuvent menacer, s’ils devaient s’écrouler, des immeubles à côté. Donc la priorité, c’est de traiter ces immeubles là", a souligné François Ravier, secrétaire général de la préfecture d’Ile-de-France.

"Une première petite avancée positive"

Pour les habitants du quartier, cette opération de consolidation fait du bien au moral: "Pour nous c’est aussi une première petite avancée positive qui nous fait du bien. On sait encore que c’est le nôtre (immeuble, ndlr) mais c’est vrai qu’il commence à y avoir un petit détachement. Plus encore que l’immeuble, on a hâte de pouvoir récupérer nos affaires", témoigne Claire.

Pour récupérer l’intégralité des biens de son appartement, Claire devra attendre encore deux mois. Elle devrait en outre trouver un autre logement pendant plusieurs années, le temps que l’immeuble soit reconstruit. Mais elle nourrit l’histoire de pouvoir retourner un jour dans son appartement rue de Trévise.
Thomas Herreman avec Paul Louis