BFMTV

Les réponses à 5 questions pas si bêtes: pourquoi dit-on "en voiture Simone"?

Simone Garnier et Guy Lux ont beaucoup à voir avec la popularisation de l'expression "En voiture Simone". Photo prise le 27 juin 1987 à Paris lors des olympiades de l'émission Intervilles

Simone Garnier et Guy Lux ont beaucoup à voir avec la popularisation de l'expression "En voiture Simone". Photo prise le 27 juin 1987 à Paris lors des olympiades de l'émission Intervilles - Georges Bendrihem-AFP

2/5 - Cet été, BFMTV répond aux questions absurdes que vous vous êtes peut-être déjà posées, ou pas. Aujourd'hui, nous revenons sur l'origine et le sens de l'expression "En voiture Simone".

Difficile d'identifier l'origine précise de l'expression "En voiture Simone". Pour certains, c'est Guy Lux, dans l'émission de télévision Intervilles, qui l'a popularisée. Pour d'autres, elle était déjà célèbre bien avant les années 60. Quant à sa version allongée "c'est moi qui conduis, c'est toi qui klaxonnes", là encore, les opinions divergent.

Intervilles et Simone Garnier

Ce qui serait certain, c'est que Guy Lux en aurait fait un gimmick dans le jeu qu'il a lui-même créé en 1962 et qui a été diffusé pendant plus de cinquante ans. Pour la petite histoire, c'est l'une des émissions de la télévision française à la plus grande longévité. Diffusé sur la RTF, ce jeu proposait à deux villes de s'affronter par le biais d'épreuves physique et d'adresse. Certaines faisaient intervenir des vachettes, qui ont fait la célébrité de l'émission.

À l'origine, le programme était animé par Guy Lux, Léon Zitrone -un duo ne cessant de s'apostropher et de se chicaner, chacun défendant souvent de mauvaise foi une ville- et Simone Garnier, qui avait le rôle de l'arbitre. Lors d'une émission, Guy Lux aurait lancé à Simone Garnier: "En voiture Simone!" L'expression serait restée comme un refrain, expliquait l'historien du langage Claude Duneton au Figaro, bien que l'Institut national de l'audiovisuel n'en ait pas retrouvé la trace, assure l'Ina à BFMTV. En réalité, l'expression existait déjà avant.

"On ne sait pas exactement quand cette expression est apparue ni quels ont été les premiers usages, mais Guy Lux l'a reprise et la popularisée", note pour BFMTV Georges Planelles, auteur des 1001 expressions préférées des Français et fondateur du site Expressio.fr.

Pour Jean Maillet, auteur du livre 500 expressions populaires décortiquées, Guy Lux n'a fait que "redonner un peu de vigueur" à une expression déjà populaire.

"Je suis né en 1947 et ma grand-mère me disait déjà 'En voiture Simone' pour se mettre au travail. Il est injuste de dire qu'Intervilles l'a popularisée, elle était déjà dans le langage courant", insiste-t-il pour BFMTV.

Dans tous les cas, elle fait référence à une autre Simone. Pour comprendre l'origine de cette expression, il faut remonter à 1929. Car cette autre Simone a bel et bien existé.

Simone des Forest, pilote et championne

Cette année-là, Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, appelée plus simplement Simone des Forest, a 19 ans. Cette fille d'un capitaine de cavalerie qui a grandi dans un petit château de l'Allier est alors l'une des premières Françaises à passer et obtenir son permis de conduire.

Un an plus tard, elle prend le départ de sa première course automobile, la course de côte de la Baraque, près de Clermont-Ferrand, et entame une longue carrière de pilote professionnelle. Pendant près de trente ans, elle participe à de nombreuses courses, bousculant les préjugés de l'époque selon lesquels une femme n'a rien à faire derrière un volant, et remporte plusieurs prix.

"À l'époque, c'était exceptionnel, les femmes ne comptaient pas pour grand-chose, assure Georges Planelles. Elle deviendra aviatrice puis sera la première femme à créer une auto-école." Mathieu Flonneau, historien des mobilités et de l'automobilisme, est du même avis.

"C'était une pionnière et une aventurière, déclare-t-il à BFMTV. Elle est une conductrice emblématique de la prise du volant par les femmes. Ses performances ont été les premières féminines à des raids internationaux. Elle a permis une féminisation des exploits qui étaient jusqu'alors masculins", ajoute l'auteur des Cultures du volant.

Simone des Forest devient une figure respectée du sport auto. La légende dit même qu'elle était admirée de Fangio, ce pilote argentin cinq fois champion du monde de formule 1, considéré comme l'un des plus grands de l'histoire. "Elle a marqué l'histoire du sport auto, on a beaucoup parlé d'elle à l'époque, ce n'est donc pas étonnant qu'elle ait fait l'objet d'une expression populaire", poursuit Jean Maillet.

Une version allongée misogyne

À noter: si l'expression "En voiture Simone" fait donc référence à l'une des premières femmes pilotes, la première queue stylistique "c'est moi qui conduis" puis la seconde "c'est toi qui klaxonnes" auraient pour certains été ajoutées plus tard, et pour d'autres constitueraient la version originelle de l'expression.

Quoi qu'il en soit, cet allongement lui retire le volant. Jean Maillet, passionné d'étymologie et également auteur de 5 minutes par jour pour ne plus faire de fautes, pointe la misogynie de cette expression dans sa version allongée.

"Dans sa version longue, 'En voiture Simone, c'est moi qui conduis, toi qui klaxonnes', il y a une certaine ironie puisqu'on ne fait pas confiance à cette femme pour conduire, elle est cantonnée au klaxon."
Céline Hussonnois-Alaya