Une militante de la cause animale lors d'une manifestation à Paris, en novembre 2017.
 

Alors qu’une militante de la cause animale a été condamnée jeudi à sept mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme, après s'être réjouie de l'assassinat du boucher du Super U de Trèbes attaqué par Radouane Lakdim, les activistes de la cause animale apparaissent divisés sur leurs modes d’action. Dans le même temps, le véganisme semble connaître une certaine démocratisation.

Votre opinion

Postez un commentaire