BFMTV

L214 met en cause les élevages de porcs d'une célèbre marque bretonne

L'association publie de nouvelles images choc, tournées dans deux élevages du Finistère qui fourniraient la marque Hénaff.

C'est une petite boite de conserve bleue qui est présente dans bon nombre de foyers français. Relativement bon marché, sans chichis et inchangé depuis 1915, le pâté Hénaff est une institution gastronomique hexagonale. Créé en 1907 par un paysan breton, Hénaff est en un siècle devenu le numéro un du pâté en conserve en France, notamment grâce à la promotion des valeurs familiales, de l'ancrage régional et du respect des animaux utilisés. 

C'est à ce symbole que s'attaque ce jeudi l'association de défense animale, L214. L'association publie de nouvelles images choc, tournées dans deux élevages bretons qui fourniraient la marque, situés à Beuzec-Cap-Sizun et Douarnenez (Finistère). 

Entassés, blessés, laissés sans soin

Entassés, maltraités, laissés pour mort dans des couloirs et des cages exigus: les cochons montrés dans la vidéo n'ont pas la fière allure de ceux des publicités Hénaff.

"Les cochons sont entassés, ils vivent sur du béton, sans jamais sortir. Les animaux sont blessés, laissés sans soin (...) Les mères sont enfermées une grande partie de leur vie dans des cages individuelles, dans lesquelles elles ne peuvent pas se retourner. Le frottement des barreaux leur donne des blessures douloureuses", commente le chanteur Arthur H, qui a accepté de donner de la voix sur cette vidéo.

Plus loin, l'association dénonce aussi l'usage systématique d'antibiotiques et d'hormones ou encore l'abattage des porcelets jugés trop chétifs, "violemment tués en les percutant contre une surface dure". 

Des êtres "sociaux et intelligents"

Des mauvais traitements d'autant plus insupportables que les cochons "sont des êtres sociaux et intelligents, qui passent une grande partie de leur temps à explorer leur environnement quand ils en ont la possibilité", rappelle la voix off.

Une pétition, mise en ligne en même temps que la vidéo, demande à la direction de Hénaff de mettre fin à l'enfermement des cochons et aux mutilations. 

La firme bretonne a immédiatement réagi dans un communiqué, se disant elle-même "choquée par certaines de ces images" et réaffirmant son "attachement au respect des règles du bien-être animal". Elle a toutefois demandé "que soit prouvé qu'il existe un lien avéré entre ces images et ses fournisseurs". 

Claire Rodineau