BFMTV

Les ex-otages français sont arrivés à la base aérienne de Villacoublay

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas ont été accueillis par Emmanuel Macron, Florence Parly et Jean-Yves Le Drian à l'aéroport de Villacoublay.

Moins de 48 heures après leur libération par les forces spéciales françaises dans le nord du Burkina-Faso, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas ont atterri ce samedi à 18h sur le tarmac de l'aéroport militaire de Villacoublay.

Les deux ex-otages, accompagnés d'une Sud-coréenne également libérée, ont été accueillis à leur descente de l'avion par le président Emmanuel Macron, la ministre des Armées Florence Parly, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Drian et le chef d'Etat major des Armées François Lecointre.

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas ont ensuite rapidement été conduits vers un salon privé où les attendaient des proches. Emmanuel Macron a quitté l'aéroport à 18h30, avant que le ministre des Affaires étrangères ne s'adresse à la presse.

"Dans cette affaire, il y a d'abord un devoir d'Etat, qui est d'assurer la sécurité des Français où qu'ils se trouvent y compris dans des conditions extrêmes à l'étranger, d'assurer la sécurité et la sauvegarde des Français qui sont en danger. C'est ce qui a été fait", a déclaré Jean-Yves Le Drian.

"Leur sacrifice donne un sens à nos vies"

Evoquant la mort des deux soldats français dans l'opération qui a permis la libération des otages, le ministre a assuré que la France était "fière d'eux". "Les conseils aux voyageurs que le ministère des Affaires étrangères diffuse régulièrement doivent être respectés intégralement. Ce ne sont pas des voeux pieux, ce sont des incitations impératives ", a rappelé Jean-Yves Le Drian.

Après avoir adressé "leurs sincères condoléances" aux familles et aux proches de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les ex-otages ont quant à eux estimé que "leur sacrifice donnait un sens à leurs vies". Laurent Lassimouillas a reconnu qu'ils auraient dû "éviter de se rendre dans cette magnifique région du monde qui malheureusement bascule dans l'instabilité".

"Nous remercions la France, son armée et les services de l'Etat pour son professionnalisme et son humanité", a-t-il conclu.
Mélanie Rostagnat