BFMTV

Burkina-Faso: les deux ex-otages français reçus au Palais présidentiel de Ouagadougou

Les deux ex-otages français entourent l'ex-otage sud-coréenne lors de leur réception au palais présidentielle du Burkina Faso

Les deux ex-otages français entourent l'ex-otage sud-coréenne lors de leur réception au palais présidentielle du Burkina Faso - Ahmed Ouoba - Burkina Faso President Office - AFP

Avant de retrouver la France où ils sont attendus à l'aéroport de Villacoublay vers 18 heures, les deux ex-otages français et l'ancienne otage sud-coréenne, ont été reçus au palais présidentiel burkinabé.

Les deux ex-otages français et l'ex-otage coréenne sont arrivés vers 8h50, heure locale, au Palais présidentiel de Kosyam à Ouagadougou où ils devaient s'entretenir avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.

Visages fermés et l'air fatigué, les ex-otages ont été accueillis par un conseiller de la présidence. L'ex-otage américaine libérée en même temps que les trois autres ex-otages n'était pas présente.

"On voulait présenter nos condoléances tout de suite"

Un des deux ex-otages français, Laurent Lassimouillas, a rendu hommage aux soldats français tués pour les libérer lors d'une courte déclaration samedi matin au Palais présidentiel.

"Toutes nos pensées vont aux familles des soldats et aux soldats qui ont perdu la vie pour nous libérer de cet enfer. On voulait présenter nos condoléances tout de suite", a affirmé devant la presse l'ex-otage, l'air fatigué et éprouvé.

Attendus à 18h en France

Laurent Lassimouillas a également tenu à remercier "les autorités françaises et celles du Burkina", qui ont participé à l'opération visant à les libérer. Il a également déclaré avoir "une pensée" pour leur "chauffeur-guide béninois" tué avant leur enlèvement au Bénin le 1er mai, dans une courte déclaration samedi devant le Palais présidentiel à Ouagadougou.

Les deux Français et la Sud-coréenne sont attendus ce samedi à 18 heures à l'aéroport militaire de Villacoublay où ils doivent être reçus par Emmanuel Macron, Florence Parly la ministre des Armées, et Jean-Yves Le Drian, le ministre des affaires étrangères.

Guillaume Dussourt avec AFP