BFMTV

"Il faut continuer à apprendre, sinon ils vont gagner": l'hommage d'un élève du collège de Samuel Paty

Pape Byram, élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine où exerçait le professeur assassiné, juge "très grave" qu'une caricature puisse déclencher une telle violence.

C'est l'un des rares rayons de soleil aperçus depuis le tragique assassinat de Samuel Paty. L'un de ses élèves du collège du Bois d'Aulne, Pape Byram, a exprimé samedi son sentiment d'horreur face au destin de cet enseignant, décapité pour avoir montré une caricature de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.

"J'ai pleuré, parce que c'est très grave, c'est très très grave", a-t-il déclaré au micro du journaliste indépendant Clément Lanot. Choqué que l'on puisse "se faire assassiner alors qu'on dévoile une caricature", Pape Byram a relaté les bonnes intentions de Samuel Paty et son "humour", tel qu'ils lui ont été rapportés par ses camarades. "Ça devrait pas (...) arriver, c'est pas normal", juge Pape Byram.

A-t-il peur de retourner à l'école?

"Je trouve qu'il faut pas leur donner ça. Je trouve qu'ils méritent pas ça. (...) Il faut au contraire continuer à apprendre, pas qu'ils gagnent. (...) Sinon les terroristes, eux, ils vont gagner! Ils vont dire 'voilà, on les a tués, et maintenant ils apprennent plus, ils veulent plus revenir'. Non au contraire, il faut continuer à venir, faut pas lâcher", répond le jeune homme.
Jules Pecnard Journaliste BFMTV