BFMTV

Hollande ne dit pas "adieu" à la politique

François Hollande lors de la rentrée des classes à Orléans le 1er septembre 2016

François Hollande lors de la rentrée des classes à Orléans le 1er septembre 2016 - -

Le chef de l'Etat s'apprête à quitter le palais de l'Elysée, sans pour autant tirer sa révérence. Les projets de l'ancien Président restent flous mais il n'exclut pas d'intervenir dans la vie politique française.

Alors que François Hollande a remis les clefs de l'Elysée à son successeur Emmanuel Macron, ses projets post-mandat demeurent incertains. Une chose est sûre: François Hollande ne compte pas se retirer de la vie politique, contrairement à ce qu'avait annoncé son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Bien qu'il ait déclaré lui-même ne pas avoir de "projet construit", François Hollande a reconnu:

"Il ne faut jamais dire jamais dans la vie." 

Après quelques jours de vacances en France, le chef de l'Etat s'installera donc dans ses nouveaux bureaux de la rue de Rivoli, puis prendra la tête de la fondation la France s'engage à la rentrée. Selon ses proches, il serait d'ailleurs à la recherche d'un appartement à louer à Paris.

"Comment puis-je être utile à mon pays ?"

Son avenir reste donc indéterminé mais François Hollande a déjà exclu l'idée de rejoindre le Conseil Constitutionnel. Quant au Parti socialiste, l'ex-Premier secrétaire du PS s'y rendra dimanche après avoir quitté l'Elysée, comme François Mitterrand en 1995. Il exclut également de briguer de nouveaux mandats comme l'avait fait Valéry Giscard d'Estaing. François Hollande considère : "c'est une part de ma vie qui est terminée".

Après son dernier discours officiel mercredi lors de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, il avait déclaré:

"Je me suis posé cette même question, qui revient sans cesse: comment puis-je être utile à mon pays ? Eh bien, c'est à cette question que je vais répondre maintenant, en réfléchissant, en travaillant, en produisant et en intervenant quand ça me paraîtra utile".

"Un président doit aider sans gêner"

Mais quoi qu'il en soit, le président, bientôt retraité, l'a affirmé, il respectera une période de réserve dans les prochaines semaines, le temps de laisser le nouveau locataire de l'Elysée prendre ses marques:

"Même si "la tentation d'intervenir peut être forte", pas question d'apparaître comme un conseiller, un mentor, ou pire encore" de jouer "la mouche du coche" durant les premiers pas d'Emmanuel Macron. Il résume : "Un ancien président doit "contribuer, aider mais sans gêner".

Le 9 juin prochain, il sera à Tulle où il chercherait à acquérir une maison, pour le traditionnel hommage aux "99 pendus de Tulle" exécutés par la division Das Reich en 1944, et pour apporter son soutien à son ami, le maire PS de la ville, Bernard Combes:

"C'est toujours en Corrèze que je me ressource, que je reprends des forces (...) Mes forces sont là", confiait récemment François Hollande, conscient du "sentiment de vide" qui pourrait s'emparer de lui.

J.B avec AFP