BFMTV

Gilets jaunes: mobilisation en légère hausse avec 11.800 manifestants en France, selon l'Intérieur

-

- - SEBASTIEN BOZON / AFP

La mobilisation repart légèrement à la hausse par rapport à la semaine dernière. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs dizaines de villes.

La mobilisation des gilets jaunes repart légèrement à la hausse ce samedi. Ils étaient 11.800 participants dans toute la France, contre 7000 la semaine passée selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Selon le Nombre jaune, ils étaient 25.553 manifestants à défiler dans toute la France. 

Par ailleurs, à Paris, la manifestation a rassemblé 1100 gilets, contre 950 la semaine dernière, toujours selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Des rassemblements de Saint-Malo à Marseille

Les gilets jaunes se sont à nouveau rassemblés ce samedi, souvent par dizaines dans des centres-villes ou à des barrières de péage, parfois par centaines comme à Bordeaux ou Marseille, où un appel national avait été lancé.

A Marseille, quelque 500 à 600 "gilets jaunes" ont défilé depuis le Vieux-Port, encadrés par des forces de l'ordre plus visibles et nombreuses que les samedis précédents. Le cortège a défilé sans heurt majeur, et à 17h, la police faisait état de 12 interpellations, dont quatre pour des jets de projectiles, et huit de personnes ayant le visage masqué et casquées.

Parmi les autres rassemblements, pour ce 32e samedi de mobilisation, des gilets jaunes ont également rejoint la manifestation de soutien aux salariés de General Electric à Belfort. Trois cent d'entre eux ont ensuite tenté de brûler une palette devant le site industriel.

Des incidents à Charleville-Mézières

Ils étaient quelques centaines à Toulouse, une mobilisation faible pour cette ville, plus de 200 à Lille selon une source policière, plusieurs dizaines à Avranches (Manche), et 750 selon la préfecture à Bordeaux, où la mobilisation a connu un petit sursaut.

Des incidents ont éclaté à Charleville-Mézières (Ardennes), où la manifestation, non déclarée, a donné lieu à "des violences" envers les forces de l'ordre, selon la préfecture : "jets de pierres, de projectiles divers, de gros pétards", "plusieurs dégradations ont été commises" et 13 personnes ont été interpellées.

Dans l'Oise, le sous-préfet de Clermont Michaël Chevrier, venu sur le péage de Chamant, près de Senlis, ou avait lieu une "opération péage gratuit" organisé par des gilets jaunes, a été victime de "tentatives d'intimidations", sans agression physique, a indiqué la préfecture confirmant une information du Parisien.

Un barrage forcé par un automobiliste

Dans plusieurs départements comme l'Hérault (200 manifestants au total dans ce département), des rassemblements ont aussi eu lieu sur des ronds-points ou des barrières de péage, des gilets jaunes tentant des opérations péage gratuit.

40 à 50 "gilets jaunes" ont aussi bloqué le port de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) dans la matinée et le trafic des ferries a été perturbé. La gendarmerie a arrêté six personnes, notamment pour "entrave à la circulation", à Frouard (Meurthe-et-Moselle).

Ce samedi matin, un automobiliste d'une quarantaine d'années avait été placé en garde à vue après avoir forcé un barrage sur un rond-point de Saint-Avold (Moselle), et blessé légèrement un gilet jaune, selon la police.

Benjamin Rieth