BFMTV

Essoufflés, les gilets jaunes s'organisent et annoncent de nouvelles mobilisations

Une partie des figures du mouvement des gilets jaunes annonce, ce samedi dans un communiqué, la création d'un "socle commun, puissant organe de contestation collectif".

De week-end en week-end, la mobilisation des gilets jaunes faiblit dans l'ensemble de la France. Lors du dernier samedi de contestation, seulement 7000 personnes ont défilé en France, selon le ministère de l'Intérieur, soit le chiffre le plus faible depuis le début de la crise le 17 novembre 2018.

Sur Twitter, plusieurs figures des gilets jaunes (Priscillia Ludosky, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle entre autres) ont réalisé un bilan de leur action sous la forme d'un communiqué, affirmant notamment que le mouvement "a permis de mettre les pleins phares sur des dysfonctionnements de notre société bien connus et dénoncés par certains depuis des années". 

Ils ont en également profité pour annoncer la création d'un "socle commun, un puissant organe de contestation collectif, qui ne pourra être ignoré et défendra les intérêts des citoyens et les biens communs à tous (biens publics, services publics et environnement)". De quoi redonner un coup de fouet à la mobilisation?

Un programme chargé

Les signataires du communiqué évoquent aussi le lancement de "[leurs] propres organes de contrôle citoyens", de "[leurs] propres médias", de "[leurs] propres circuits d'approvisionnement en agroalimentaire" et de "[leurs] propres établissements d'épargne éthique".

Ils dressent un programme de leur mobilisation jusqu'au 17 novembre 2019, soit un an pile après la naissance du mouvement. Un manifestation commune avec le Collectif "La vérité pour Adama" sur le thème de l'autoritarisme est annoncée le 20 juillet, de même qu'un événement à la frontière suisse le 31 août.

Si aucune réponse politique n'est donnée jusqu'à cette date butoir, "17 actions de désobéissance civile visant le CAC40 dans le tout le pays" sont pressenties en représailles.

Clément Boutin