BFMTV

Gilets jaunes: la matinée s'était déroulée plutôt dans le calme à Paris et en régions

Nouvelle journée de mobilisation des gilets jaunes, le 8 décembre 2018

Nouvelle journée de mobilisation des gilets jaunes, le 8 décembre 2018 - BORIS HORVAT / AFP

La quatrième journée de mobilisation des "gilets jaunes", fortement encadrée par les forces de l'ordre, s'est déroulée dans un premier temps ce samedi dans une ambiance relativement calme malgré quelques tensions sur les Champs-Elysées.

31.000 gilets jaunes sont descendus ce samedi matin dans les rues du pays pour exprimer leur colère contre la présidence d'Emmanuel Macron, a annoncé le secrétaire d'Etat Laurent Nunez sur le plateau du 13H de France 2. Malgré les messages alarmistes du gouvernement, qui craignaient d'importants débordements, le calme a été maintenu à Paris, au moins pour la première partie de journée, même si quelques tensions ont été observées sur les Champs-Elysées et les grands boulevards. La semaine dernière, la situation avait dégénéré dès 8h30 du matin sur le place de l'Étoile.

Vers 10h25 ce samedi, les forces de l'ordre ont tiré plusieurs grenades lacrymogènes en direction des manifestants pour les faire reculer, dans une rue perpendiculaire aux Champs-Elysées, près de l'arc de Triomphe. Certains ont répliqué en lançant des projectiles et des pétards. Des dizaines de manifestants sont par ailleurs parvenus à bloquer quelques instants le boulevard périphérique parisien au niveau de la Porte Maillot, avant que les forces de l'ordre ne les délogent.

En régions, la situation semblait relativement calme même si le réseau routier et autoroutier français connaissait de nombreux points de perturbations dans la matinée avant des manifestations prévues dans l'après-midi dans plusieurs grandes villes.

575 interpellations à Paris à la mi-journée

Partout dans l'Hexagone, des mesures de sécurité exceptionnelles ont été décrétées, notamment dans la capitale où les scènes de guérilla urbaine du week-end dernier ont stupéfié en France comme à l'étranger. 89.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés, dont 8.000 à Paris appuyés par 14 "VBRG", véhicules blindés à roue de la gendarmerie.

Prenant les devants, les autorités ont renforcé les contrôles en amont: à la mi-journée 575 personnes avaient été interpellées à Paris, un nombre déjà supérieur au total des interpellations (412) effectuées dans la capitale samedi dernier. Parmi elles, 361 ont été placées en garde à vue principalement car elles étaient en possession de marteau, de boules de pétanque, de pavés, de masques...

Le gouvernement, voyant que les mesures annoncées dans la semaine ne suffisait pas à calmer la colère, a multiplié les appels au calme ces derniers jours, et plusieurs figures de cette contestation née sur les réseaux sociaux ont appelé à défiler pacifiquement.

Me.R. avec AFP