BFMTV

L'institut Paul Bocuse s'agrandit près de Lyon pour devenir "la référence mondiale" de la cuisine

L'institut va doubler sa capacité d'accueil. Le nouveau bâtiment, tout proche du siège historique de l'institut à Ecully, doit être livré en 2021.

La livraison du nouveau bâtiment est prévu pour 2021. L'institut Paul Bocuse lancé officiellement les travaux d'agrandissement de son campus à Ecully mardi. Ce projet à 25 millions d'euros doit lui permettre de devenir la "référence mondiale" dans l'enseignement de la cuisine et de la gestion en hôtellerie-restauration.

Historiquement installé à Ecully, près de Lyon, dans une jolie bâtisse 19e, le château du Vivier, l'institut va annexer une autre demeure construite par un soyeux lyonnais, le domaine de la Roseraie, facilement accessible à pied en traversant un vaste parc planté d'arbres centenaires.

Deux fois plus d'étudiants

Le bâtiment construit en 1860 hébergeait auparavant un centre pour personnes handicapées. Il sera reconfiguré et doté de deux ailes modernes, abritant 22 salles de cours, un amphithéâtre, un restaurant, un incubateur et un espace de coworking. L'accueil de l'institut y sera installé.

"Un peu plus de 6000 m2 de locaux vont être dédiés à l'enseignement supérieur, particulièrement en management de l'hôtellerie et de la restauration", explique Dominique Giraudier, maître d'école de l'institut Paul Bocuse. Le siège historique, tout proche de ce nouveau bâtiment, sera modernisé et se spécialisera lui dans l'enseignement de la cuisine.

"Un véritable plaisir"

Le nouveau campus va permettre d'accueillir "1000 étudiants supplémentaires", précise Dominique Giraudier, ce qui doublera la capacité actuelle de l'école. "Nous avons trois demandes pour une place", a-t-il affirmé devant la presse.

"Cette école a toujours eu une grande importance pour mon père. Il aimait être au contact des jeunes, transmettre son métier. Voir qu'aujourd'hui ça continue et ça va au-delà de ce qu'il aurait pu imaginer, c'est un véritable plaisir", explique Jérôme Bocuse, fils du cuisinier et président de Pôl développement.

L'institut, dont la gestion est assurée par une association à but non lucratif, a vu l'été dernier ses formations Bac +3 et Bac + 4 reconnues par l'Etat. "L'étape d'après", selon Dominique Giraudier, sera d'obtenir des accréditations internationales, comme celles qui permettent de jauger de la qualité de l'enseignement des écoles de commerce.

Benjamin Rieth