BFMTV

Instruction à domicile: Blanquer dit "vouloir resserrer" les exceptions

Le gouvernement veut passer d'une politique déclarative à une politique d'autorisation, avec plus de contrôles, pour les enfants éduqués à domicile.

"Nous voulons resserrer cela." Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer est revenu ce mardi matin sur BFMTV-RMC sur l'article 18 de la proposition de loi "confortant les principes républicains", qui encadre l'instruction à domicile. Une première version du texte la restreignant fortement avait été retoquée par le Conseil d'État, l'exécutif proposera donc ce mercredi une plus large série d'exceptions.

Cet article "permet d'encadrer l'instruction en famille". "L'instruction en famille est aujourd'hui un régime déclaratoire, c'est-à-dire que vous gardez votre enfant à la maison et vous dites, 'je le garde à la maison'", explique le ministre. "Il y a certains contrôles mais ils sont relativement faibles", "nous voulons resserrer cela."

Raisons de santé, sport, itinérance....

"À grands traits, les exceptions ce sont: des raisons de santé, des pratiques sportives ou artistiques intensives, les gens du voyage qui ont un régime particulier et puis il peut y avoir des cas particuliers justifiés par un projet pédagogique dont la famille peut attester au près de l'Éducation nationale, et que nous contrôlerons", liste Jean-Michel Blanquer.

Selon lui, parmi les familles déclarant une IEF (Instruction En Famille), on peut retrouver "toute une série de pratiques, notamment de la part de l'islamisme politique mais aussi de la part des sectes, ou des pratiques qui vont contre les droits de l'enfant, parce que l'enfant est un peu laissé à lui-même". Limiter et contrôler les exceptions à la scolarisation dans des établissements de l'Éducation nationale pourrait permettre d'éviter ces cas selon lui.

"Défendre les droits de l'enfant"

"Nous allons nous équiper de plus en plus pour être en mesure de s'assurer qu'il n'y a pas d'enfant dans un angle mort", explique le ministre. Avec ce texte, "il ne s'agit pas seulement de défendre la République, mais c'est aussi défendre les droits de l'enfant".

Alors que 50.000 enfants sont déclarés en instruction en domicile en 2020 - une tendance en hausse - Jean-Michel Blanquer cherche aussi à rassurer les familles. Il a déclare avoir "tout à fait conscience que tout ceci n'est pas vrai de tous les enfants qui sont instruits en famille aujourd'hui". "Nous essayons d'être justes et subtiles", assure-t-il.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV